"Her Smell" : instantanés pleins d'excès sur la chute inexorable d'une rock star

franceinfo Culture
Elisabeth Moss interprète une chanteuse punk en pleine déchéance, et parvient à exceller dans chaque tableau : l'instabilité erratique et la tendre faiblesse.

Jusqu'à aujourd'hui, Alex Ross Perry n'est pas parvenu à se faire un nom en France. Son nouveau film Her Smell, qui sort ce mercredi 17 juillet, pourrait remédier à cette situation. Au festival de Toronto en 2018, le public était resté mal à l'aise face à cette fable punk crade et sans concession.


Her Smell suit le parcours plein de tumultes de la chanteuse punk Becky Something, incarnée par une extraordinaire Elisabeth Moss (Mad Men, The Square, The Handmaid's Tale), prise dans les affres de la drogue, de l'alcool et de la maladie mentale. Paranoïaque, dépressive, dépendante, Becky perd le contrôle. Nombreux sont les films de type "rise and fall". Ici, l'ascension et la gloire se passent avant le début du long-métrage, et seule reste la chute. Lente et inexorable.

Inspiration réelle, rendu choc

Le film ne s'embarasse pas à faire de l'exposition. Trois filles fument au fond d'un couloir avant de remonter sur scène pour un rappel, un public crie le nom de sa star, des rails de coke sont sniffés à un rythme d'usine... Le décor est planté en moins de dix minutes. Le reste du film ne sera qu'une mise en situations, toujours douloureuse, des personnages de l'histoire.

Et en premier lieu Becky, chanteuse, guitariste, compositrice et star du groupe Something She, inspirée de vraies rockeuses des années 90 comme Courtney Love et Donita Sparks. (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi