Hépatite d'origine inconnue : 348 cas recensés dans le monde, la piste d'un adénovirus ?

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Au Royaume-Uni, 160 cas ont été comptabilisés (Getty Images) (Getty Images)
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Les États-Unis enquêtent actuellement sur 109 cas similaires d'hépatite, cinq patients sont décédés.

Ce sont des chiffres préoccupants et un mystère pour les scientifiques. Mardi 10 mai, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a annoncé avoir identifié 348 cas probables d'hépatite d'origine inconnue dans différents pays du monde. Cette maladie touche principalement les enfants. En plus de ces patients confirmés, 70 autres cas suspects, recensés dans 13 pays, attendent d'être confirmés par des tests. Au Royaume-Uni, 160 cas ont été comptabilisés. Aux États-Unis, les autorités sanitaires ont indiqué qu'elles enquêtaient sur 109 cas similaires, dont cinq mortels. En Indonésie, trois enfants sont morts.

Pour le moment, les scientifiques privilégient la piste d'un adénovirus. "À l'heure actuelle, les principales hypothèses restent celles qui impliquent l'adénovirus, en prenant également en considération de façon importante le rôle du Covid, soit en tant que coinfection, soit en tant qu'infection antérieure", a précisé Philippa Easterbrook du programme mondial de l'OMS sur l'hépatite, lors d'une conférence de presse. Avant de compléter : "Des progrès importants ont été réalisés en ce qui concerne les investigations complémentaires et l'affinement des hypothèses de travail". Pour confirmer cette piste, elle a précisé que des tests ont déterminé que 70% des cas étaient positifs à l'adénovirus, le sous-type 41 - normalement associé à la gastro-entérite.

Insuffisance hépatique et transplantation

"La semaine prochaine, nous nous concentrerons sur les tests sérologiques pour les expositions et les infections antérieures au Covid", a affirmé l'experte. De précédentes analyses avaient rapporté aucune trace des virus des hépatites A, B, C, D et E chez les jeunes patients. "Une infection due à l’un des nombreux adénovirus peut être asymptomatique ou déclencher des syndromes spécifiques, parmi lesquels une infection respiratoire légère, une kératoconjonctivite, une gastro-entérite, une cystite ou une pneumonie primitive", détaille le manuel scientifique MSD. À cause de ce virus, certains patients ont souffert d'une insuffisance hépatique ayant nécessité une transplantation.

VIDÉO - Dr Christian Recchia : "Entre 11 et 16 ans, ce rendez-vous médical est absolument capital"

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles