Henri Peña-Ruiz : "Lettre ouverte à mon ami Régis Debray"

·2 min de lecture

Dans sa nouvelle chronique, le philosophe Henri Peña-Ruiz répond au Tract de Régis Debray "France laïque. Sur quelques questions d'actualité". Un texte dans lequel ce dernier interroge le rapport de la France à la laïcité, "à l’occasion de récentes et écœurantes atrocités".

« Amicus Plato, sed magis amica veritas »« Je suis ami de Platon, mais plus encore de la vérité »Cher Régis, La lecture de ton "tract" intitulé "France Laïque" (Gallimard) me laisse perplexe et triste. Permets-moi d'abord un commentaire sur le titre. France laïque? Soit. Mais la laïcité n'est-elle que française ? Je ne peux imaginer que tu l'assignes ainsi à résidence. D'ailleurs la France n'est pas laïque à cent pour cent. Le concordat d'Alsace-Moselle met à la charge de tous les contribuables du pays les salaires des prêtres, des rabbins et des pasteurs des trois départements restés concordataires. C'est anachronique et cela déroge à l'indivisibilité de la République. Quant à la loi Debré de 1959, elle détourne des milliards vers des écoles privées pour l'essentiel catholiques.Cela ne te dérange pas ? Moi si. Surtout quand les services publics, d'intérêt général, sont en déshérence faute de moyens. Ces deux exemples montrent que l'Eglise, en principe dévolue au spirituel, ne renonce pas aux privilèges temporels. L'argent public a une origine universelle : l'impôt commun. Sa seule destination légitime doit donc être également universelle. Vouloir supprimer les privilèges, comme ce fut fait le...

Lire la suite sur Marianne

A lire aussi

Pierre-Henri Tavoillot: "Le scénario de la guerre des sexes est en train de s’imposer comme grille de lecture""Je ne supporte plus les écrans, je veux rencontrer les gens en vrai" : c'est quoi, avoir 20 ans, en 2020 ?La racialisation de la question sociale, une impasse : rendez-vous le 20 septembre place de la République"Liberté-Egalité-Fraternité-Laïcité, voilà le combat !" : rendez-vous le 20 septembre place de la République20 septembre 1792, bataille de Valmy : naissance de la souveraineté du peuple, de la nation, ou des deux ?