Quand Helmut Kohl voulait "réduire de moitié" la population turque d'Allemagne

Camille Caldini
Quand Helmut Kohl voulait "réduire de moitié" la population turque d'Allemagne

Ce plan secret n'a jamais été mis à exécution. L'ancien chancelier allemand Helmut Kohl a envisagé un jour de "réduire le nombre de Turcs de 50%", en Allemagne. Il l'avait confié à la Première ministre britannique Margaret Thatcher, lors d'une rencontre à Bonn, alors capitale de l'Allemagne de l'Ouest, le 28 octobre 1982, raconte le Spiegel (en anglais), vendredi 2 août.

L'hebdomadaire allemand cite un compte-rendu d'entretien, estampillé "SECRET" et issu des archives nationales britanniques, déclassifiées au terme du délai légal de trente ans. Le document est rédigé par A.J. Coles, secrétaire de Margaret Thatcher. Les propos d'Helmut Kohl y sont rapportés ainsi : "Le Chancelier a dit qu'au cours des quatre prochaines années, il serait nécessaire de réduire le nombre de Turcs en Allemagne de 50% - mais qu'il ne pouvait pas le dire en public."

"Pas de problème avec les Portugais et les Italiens"

Ce procès-verbal secret, "qui sent le moisi", précise Der Spiegel, ne rapporte pas comment Helmut Kohl, élu depuis tout juste quatre semaines, voulait procéder pour "rapatrier" des milliers d'immigrés turcs vers leur pays d'origine. Mais il visait spécifiquement cette population, "venue d'une culture très distincte et qui ne s'intégrait pas bien". D'après ces documents, le chancelier a assuré que l'Allemagne "n'avait pas de problème avec les Portugais, les Italiens, ni même avec les ressortissants d'Asie du Sud-Est".

En 1982, environ 1,5 million d'immigrés turcs, vivent et travaillent en Allemagne de l'Ouest. Ils sont arrivés à partir de 1961, pour faire face à la pénurie de main d'œuvre. L'année suivante, en 1983, le gouvernement Kohl met en place une aide au retour de quelques milliers de marks. Seuls 100 000 Turcs s'en saisissent, pendant que des dizaines de milliers d'autres entrent par ailleurs en (...)

Lire la suite sur Francetv info

Quand le Royaume-Uni anticipait une troisième guerre mondiale
Les Etats-Unis, le Royaume-Uni et l'Allemagne redoutent des attentats d'Al-Qaïda en août
Egypte: Amnesty International accuse les partisans de Mohamed Morsi de tortures
Egypte: Al-Qaïda accuse les Etats-Unis d'avoir renversé Mohamed Morsi
Condamnation de Berlusconi : les parlementaires de son parti démissionnent pour protester