Hellfest : comment les organisateurs s'organisent face aux piqûres

© LOIC VENANCE, AFP

Depuis le 17 juin et jusqu'à demain ce dimanche soir, plus de 400.000 fans de musique métal se seront croisés à Clisson pour l'Hellfest qui, cette année, a organisé deux éditions avec Métallica en clôture. Près d'un demi million de fans de musique rock métal pas vraiment inquiets par le phénomène des piqûres sauvages qui sévit lors des grands rassemblements se sont retrouvés, mais pourtant, chez les organisateurs, l'inquiétude était grande.

Trois cas sans gravité

"Sur les trois cas qu'on a eus ici, on a deux où on voit une toute petite trace, très légère". Les cas évoqués par Frédéric Guéné, le chef du dispositif de secours de la SNSM déployés à l'Hellfest, ce sont des piqûres ou des suspicions de piqûres sauvages que trois festivaliers, un homme et deux femmes, disent avoir subi sur le site. "Ils se rappellent simplement avoir été piqués, alors qu'ils se trouvaient au niveau de la foule. Ils ont eu des vertiges, mais comme là, on a eu quand même pas mal aussi de coups de chaleur. Il y a le stress aussi", précise Frédéric Guéné.

 

>> LIRE AUSSIAffaire des piqûres : pourquoi y a-t-il aussi peu de poursuites judiciaires ?

Aucune agression sexuelle recensée

C'est surtout le stress qui engendre ce phénomène dans les grands rassemblements. À l'Hellfest, aucune agression sexuelle n'a été recensée suite à une piqûre. Néanmoins, les secours et les agents de sécurité ont été formés à détecter toute trace suspecte lors d'un examen. "Nous avons mis un process en route. Si à la...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles