Helgoland : dans les pas d'Heisenberg, en quête du sens de la mécanique quantique

·2 min de lecture

En ce début d’année 2021, Futura avait consacré un article au livre de Brian Greene publié aux éditions Flammarion. Greene est un des théoriciens de la physique moderne ayant participé aux développements de la théorie des supercordes et dans son ouvrage il montrait que les questions et angoisses philosophiques et existentielles ne lui étaient nullement étrangères et que la science moderne pouvait contribuer à les éclairer.

Flammarion publie aujourd’hui un autre contre-exemple encore plus cinglant à ceux qui soutiendraient que la science ne pense pas et qu’elle n’est pas consciente de ses racines et implications philosophiques lorsqu'elle réfléchit notamment à la nature de l'espace, du temps, de la matière. Racines et implications qui ne sauraient d’ailleurs être l’objet de réflexion que de philosophes, n’ayant en plus pas besoin d’une formation de haut niveau en science pour cela.

Certes, dans un célèbre texte à l’occasion des 60 ans de Max Planck, Einstein reconnaissait lui-même qu’une minorité seulement de la communauté scientifique était vraiment la forme moderne des présocratiques, de Platon et d’Aristote. Mais il est incontestable que presque tous les grands créateurs de la physique théorique moderne avant 1930 se préoccupaient de philosophie, connaissaient bien plusieurs auteurs, de Platon à Schopenhauer, et que l’on ne saurait séparer leurs travaux scientifiques de leurs réflexions et connaissances dans ce domaine.

Gerald Holton, titulaire à la fois d'une chaire de physique et d'une chaire d'histoire de la physique à l'université Harvard, explique d’ailleurs dans son célèbre ouvrage L'imagination scientifique que Niels Bohr était influencé dans ses travaux sur la théorie quantique de l'atome par ses lectures de William James et Søren Kierkegaard (sur ce dernier point voir aussi p. 100 de l'ouvrage du physicien Franco Selleri, Le Grand débat de la théorie quantique). Inversement, au même moment, plusieurs grands philosophes, il est vrai également de grands...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles