Hayabusa 2 : de nouvelles images spectaculaires de l'astéroïde Ryugu

Laurent Sacco, Journaliste

Les comètes et les astéroïdes, en particulier ceux dont la composition est identique aux météorites appelées « chondrites carbonées », sont la mémoire du lointain passé du Système solaire, alors que les planètes débutaient leur naissance dans le disque protoplanétaire entourant le jeune Soleil. Tout a commencé par un mélange constitué principalement d’hydrogène et d’hélium avec quelques traces d’éléments lourds, et des poussières silicatées et carbonées entourées d’une gangue de glace — comme on les trouve dans les nuages moléculaires denses et froids de la Voie lactée.

Il existe encore bien des inconnues concernant les détails des étapes et des processus qui conduisent ces poussières à s’agglomérer pour former ensuite des objets rocheux et glacés dépassant le mètre, et qui formeront par accrétion gravitationnelle des planétésimaux, des embryons de planètes, puis celles que nous connaissons actuellement.

Pour faire la lumière sur ces énigmes qui intéressent aussi son origine, l’humanité a donc envoyé des sondes à la rencontre des comètes anciennes et des astéroïdes primitifs. Les exemples les plus spectaculaires en date sont, bien sûr, la mission Rosetta de l’ESA et la mission Hayabusa2 de la Jaxa, l’analogue japonais de l’ESA.


Une présentation de Mascot et sa mission sur l'astéroïde Ryugu. © Cnes

En décembre 2014, la sonde Hayabusa 2 avait toutefois quitté la Terre avec, à son bord, Mascot (Mobile Asteroid Surface Scout), un atterrisseur européen développé par le DLR (Agence spatiale allemande) en collaboration avec le Cnes. L’objectif principal de Hayabusa 2 était de prélever des fragments de 1999 JU3, un astéroïde géocroiseur de 920 mètres environ, plus connu sous le nom de Ryugu. Cet objectif a été rempli par Hayabusa2 de sorte que des échantillons du sol de Ryugu seront ramenés sur Terre fin 2020.

Des clés pour comprendre la genèse des astéroïdes

En bonus, après son largage en octobre 2018, Mascot s’est bien posé à la surface de l'astéroïde. Ses quatre...

> Lire la suite sur Futura