Hawija, dernière grande ville d'Irak avec al-Qaïm aux mains de l'EI

Des combattants kurdes peshmergas devant un panneau de l'EI à l'entrée de Hawija, le 9 mars 2015 en Irak

Bagdad (AFP) - La ville de Hawija, dans la province disputée de Kirkouk, contre laquelle a débuté jeudi l'offensive des forces irakiennes, est la dernière grande ville avec al-Qaïm aux mains du groupe jihadiste Etat islamique (EI) en Irak et sa dernière position dans le nord du pays.

- Poudrière -

Située à 180 km au sud-est de Mossoul et à près de 300 km au nord de Bagdad, cette ville de plus de 70.000 habitants est peuplée dans son écrasante majorité d'Arabes sunnites issus d'influentes tribus.

La ville et les localités voisines sont la première source de production agricole de la province de Kirkouk, notamment de blé, d'orge et de maïs.

Elle est considérée depuis plusieurs années comme une poudrière en raison des tensions entre communautés chiite et sunnite. En avril 2013, des forces de sécurité dominées par les chiites étaient intervenues contre un campement de militants antigouvernementaux majoritairement sunnites, faisant 50 morts. Ce drame s'inscrit dans un long cycle de violences qui a ensanglanté l'Irak, pour culminer avec la prise par l'EI de près d'un tiers du pays en 2014.

- Dispute territoriale -

Hawija est située dans la province pétrolière de Kirkouk, que se disputent depuis des années le gouvernement fédéral à Bagdad et la région autonome du Kurdistan qui la borde au nord et à l'est.

Dans le sillon de la contre-offensive pour faire reculer la percée fulgurante des jihadistes en 2014, les peshmergas, les combattants kurdes ont, de fait, pris le contrôle de nombreuses zones de la province de Kirkouk, normalement sous l'autorité des forces fédérales.

Pour Hawija, les milices chiites irakiennes, qui agissent notamment au sein du Hachd al-Chaabi, des unités paramilitaires associées aux forces gouvernementales dans la lutte anti-EI, ont déjà prévenu qu'elles feraient tout pour éviter les tentatives de séparatisme kurde.

La bataille pour la reconquête de Hawija intervient à l'approche du référendum sur l'indépendance du Kurdistan irakien, auquel la province de Kirkouk a décidé de participer, contre l'avis de Bagdad qui juge ce vote contraire à la Constitution irakienne.

- Stratégique -

La reprise de Hawija, longtemps retardée, ne laissera plus à l'EI qu'un seul fief en Irak: les villes d'al-Qaïm, Rawa et Anna, dans le désert oriental frontalier de la Syrie.

Hawija est située entre les deux principaux axes reliant Bagdad au nord-ouest du pays, vers Mossoul, et au nord-est vers le Kurdistan. Sa reconquête signera également la fin de l'EI dans le nord et l'est du pays.

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages