Immigration: Cinq Etats contestent le nouveau décret de Trump

1 / 2

IMMIGRATION: CINQ ETATS CONTESTENT LE NOUVEAU DÉCRET DE TRUMP

Cinq Etats américains ont manifesté leur intention de contester le nouveau décret anti-immigration signé par Donald Trump pour interdire provisoirement l'entrée aux Etats-Unis de ressortissants de six pays musulmans. /Photo prise le 9 mars 2017/ REUTERS/Carlos Barria

WASHINGTON (Reuters) - Cinq Etats américains ont manifesté leur intention de contester le nouveau décret anti-immigration signé par Donald Trump pour interdire provisoirement l'entrée aux Etats-Unis de ressortissants de six pays musulmans.

L'Etat d'Hawaï a le premier introduit mercredi une procédure auprès de la justice fédérale pour contester la validité de ce décret. Quatre autres ont ensuite fait de même dans la journée.

Les autorités hawaïennes estiment que le nouveau texte réglementaire signé par le président américain lundi est contraire à la Constitution. Il s'agit de la première procédure envisagée contre ce second décret sur l'immigration.

Une audience est prévue le 15 mars, à la veille de l'entrée en vigueur des dispositions contenues dans le décret.

Quelques heures plus tard, on a appris de source proche du dossier que l'Attorney General (ministre de la Justice) de l'Etat de Washington allait demander à un magistrat fédéral de Seattle de confirmer qu'une précédente injonction, qui avait bloqué le premier décret, s'appliquait à la nouvelle version.

L'Attorney General de l'Etat de New York a indiqué sur Twitter qu'il s'associerait à la démarche entreprise par l'Etat de Washington. Même chose pour le Minnesota et le Massachusetts.

Le nouveau décret prévoit une interdiction de territoire de 90 jours pour les ressortissants d'Iran, de Libye, de Syrie, de Somalie, du Soudan et du Yémen. L'Irak, qui faisait partie de la première liste du 27 janvier, est cette fois épargné.

La restriction ne concerne que les nouveaux demandeurs de visa.

Des experts juridiques estiment que la contestation du décret sera plus difficile désormais car les modifications apportées par Donald Trump permettent des exceptions en faveur d'un nombre élargi de demandeurs.

Le délai entre la date de signature du nouveau décret et son entrée en vigueur doit permettre d'éviter les difficultés techniques apparues après le premier décret.

Celui-ci, applicable immédiatement, avait provoqué des scènes de chaos dans les aéroports. Des voyageurs concernés par le décret, mais déjà en vol au moment de sa publication, avaient été interpellés et stoppés à leur descente d'avion.

(Mica Rosenberg à New York et Dan Levine à San Francisco, Nicolas Delame et Eric Faye pour le service français, édité par Gilles Trequesser)

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages