Dans les Hauts-de-France, Macron flatte les automobilistes

Libération.fr
Emmanuel Macron et Carlos Ghosn en visite à l'usine Renault de Maubeuge, jeudi.

Critiqué pour la hausse des taxes sur les carburants, le chef de l’Etat a annoncé vendredi une baisse «drastique» du coût du permis de conduire, et une aide à l’achat du premier véhicule.

Il y a manifestement urgence, du côté de l’exécutif, à afficher sa sollicitude pour les automobilistes. En déplacement vendredi dans le Pas-de-Calais, Emmanuel Macron a annoncé plusieurs mesures favorables à ce public, dont une partie promet de manifester le 17 novembre contre les hausses de taxe sur les carburants. «On va drastiquement baisser le coût du permis, a promis le chef de l’Etat à une jeune femme qui lui faisait part de ses difficultés à acquérir un véhicule. Et le code de la route, on va l’intégrer à la partie scolaire, de manière systématique.»

L’échange a eu lieu ce matin au centre socio-culturel François-Vachala, à Lens, dans un quartier populaire situé à l’emplacement d’une ancienne cité minière. Le chef de l’Etat arrive aujourd’hui à l’avant-dernier jour d’une longue «itinérance» dans le nord-est de la France, consacrée à la mémoire de la Première Guerre mondiale et à la reconversion économique des territoires en difficulté. Dans ces derniers, «où il y a moins de transports en commun, on peut pas avoir l’obtention du permis qui dure des mois, qui coûte 1 500 euros à 1 800 euros. On va aider à avoir le permis plus vite et moins cher, et à l’acquisition du premier véhicule, a poursuivi le chef de l’Etat. On va aider les jeunes, et en particulier les jeunes qui rentrent dans l’emploi, à avoir le permis en le finançant». Si Emmanuel Macron n’a pas donné le détail de ces mesures, son plan sera «précisé lors de la présentation de la stratégie mobilité d’ici la fin de l’année», a précisé son entourage. Ajoutant que ces mesures ne se limiteraient pas aux jeunes, ni aux territoires en difficulté.

A lire aussi Carburants : le gouvernement mise sur la baisse du prix du baril pour désamorcer la colère

«Je crois en l’automobile», avait déjà lancé le président la veille, en (...)

Lire la suite sur Liberation.fr

Injures antisémites: Braun-Pivet (LREM) dénonce «l’absence de coopération» de Twitter
11 novembre, une semaine pour un centenaire
Direction LREM: entente précaire entre les prétendants
Au sommet d’un terril, Macron dit sentir les «attentes» et les «colères» du pays
Wauquiez appelle à «combattre sans relâche» l’antisémitisme, alimenté par «la radicalisation islamiste»