Hauts-de-France : 16 rapaces blessés par des tirs, une plainte déposée

Par Le Point.fr
·1 min de lecture
Une chouette effraie figure parmi les 16 rapaces blessés et pris en charge par la Ligue de protection des oiseaux du Pas-de-Calais.
Une chouette effraie figure parmi les 16 rapaces blessés et pris en charge par la Ligue de protection des oiseaux du Pas-de-Calais.

Ces derniers mois, les rapaces ont été particulièrement ciblés par des chasseurs. Dans les Hauts-de-France, ce ne sont pas moins de 16 volatiles qui ont été retrouvés blessés, criblés de plomb, et pris en charge depuis septembre par la Ligue de protections des oiseaux (LPO) du Pas-de-Calais raconte Le Parisien. Face à la recrudescence d'actes de ce type, la LPO a décidé de déposer une plainte. Sans témoin, retrouver les responsables paraît être une mission impossible. Mais l'association espère sensibiliser la population à la cause de ces rapaces, qui font partie des espèces protégées.

« C'est notre patrimoine qui est menacé. Les rapaces sont déjà menacés par l'urbanisation, si en plus ils se font tirer dessus ils vont disparaître », alerte Maxence Bommelaere, coordinateur SOS Faune sauvage, dans Le Parisien.

Les rapaces blessés volontairement par des chasseurs ?

Ces actes de cruauté seraient délibérés. Selon Maxence Bommelaere, « il est impossible de confondre un oiseau autorisé à la chasse avec un rapace ». Pour lui, « c'est juste de la bêtise ».

Lire aussi « Le chant des oiseaux nous connecte au sauvage »

Même s'il est soigné, la survie à l'état sauvage d'un rapace qui a été blessé est difficile. Car tous ne récupèrent pas l'ensemble de leurs capacités. Et, comme le souligne Maxence Bommelaere dans Le Parisien, « un rapace a besoin de toutes ses forces pour pouvoir capturer ses proies ».