Hautes-Alpes: un forcené, suivi pour troubles psychiatriques, tué par le GIGN

·2 min de lecture

Après 21 heures de négociations infructueuses, un groupe du GIGN a abattu un homme retranché depuis mardi après-midi dans sa maison d'un village des Hautes-Alpes, après que celui-ci a pointé une arme en direction des gendarmes.

Un homme de 49 ans, suivi pour des troubles psychiatriques et retranché depuis mardi après-midi dans sa maison d'un village des Hautes-Alpes, est mort mercredi, abattu peu avant midi par les gendarmes du GIGN. Après 21 heures de négociations infructueuses, ce groupe d'intervention a "été contraint d'opérer un tir pour le neutraliser" car l'homme "a manipulé (son arme) à plusieurs reprises et a pointé celle-ci en direction des gendarmes", a indiqué à l'AFP Florent Crouhy, procureur de Gap, en précisant qu'il n'y avait "pas eu d'assaut."

Les gendarmes locaux avaient été appelés mardi vers 14H30 à Saint-Etienne-le-Laus, près de Gap, pour un différend familial entre le quadragénaire et sa mère, qui a donné l'alerte et a pu sortir de la maison familiale. L'homme exhibait un fusil de chasse sur le pas de la porte, avant de menacer de tirer si la gendarmerie intervenait.

Le GIGN d'Orange (Vaucluse) était arrivé mardi soir sur place avec un négociateur. Mercredi matin toutefois, "le contact (était) difficile, voire quasi-inexistant". Ce village de moins de 300 habitants, entouré de forêts, était complètement bouclé par les forces de l'ordre mercredi matin, avait constaté un correspondant de l'AFP.

Vers 11H30, l'homme est sorti devant l'habitation, comme il l'avait fait à plusieurs reprises durant la nuit, a déclaré le procureur à l'AFP. "Là, il a manipulé son arme depuis l'extérieur. Les gendarmes se sont approchés pour tenter de l'appréhender, et là, il a pointé son arme" vers les forces de l'ordre, qui ont tiré.

Une enquête a été ouverte et confiée à la section de recherches de Marseille, pour "déterminer les circonstances exactes de la riposte du gendarme qui a tiré et qui, à ce stade, paraît adaptée à la situation de(...)


Lire la suite sur Paris Match

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles