Hautes-Alpes : une épicerie ambulante à la rencontre des petits villages isolés

Sur les routes escarpées des Hautes-Alpes, l'épicerie ambulante part à la rencontre des petits villages isolés. Dimanche 15 novembre, sous le soleil frileux du petit matin, les premiers clients de Puy-Saint-André, un hameau de 50 habitants, sont déjà présents, impatients. "On n'a pas de commerce au village, on est obligé de se déplacer sinon, donc c'est beaucoup mieux comme ça", témoigne l'un d'entre eux. Fruits et légumes, épicerie et produits locaux ; chacun dépense entre 15 et 30 euros. "J'avais envie d'aller à la rencontre des gens" Après une longue carrière dans le tourisme, Hélène Daniel a pris un nouveau virage confirmé par le premier confinement, un métier à l'image de sa générosité. "J'avais envie d'aller à la rencontre des gens, mais en prenant plus le temps, j'arrive à créer des liens", raconte la propriétaire de l'épicerie ambulante. Elle a investi 10 000 euros pour aménager sa camionnette des années 1970. Depuis le reconfinement, la demande est très forte.