Haute-Savoie : une épicerie participative fait un carton et devient fièrement un supermarché

Ils sont à la fois clients et patrons. Ce jour-là, Nelly, qui est l’une des 400 propriétaires de cette épicerie participative, met en rayon les produits alimentaires : "On fait aussi de la réception, du ménage, de l’encaissement, l’ouverture et la fermeture du magasin", explique-t-elle. Située à Meythet, une commune proche d’Annecy, la supérette l’Alpar a été lancée en 2018. Ses clients sont ses propriétaires. Pour devenir coopérateur, il faut débourser 100 euros. Chaque membre donne, tous les mois, trois heures de son temps. "On vient pour des idéaux différents. Y a des personnes qui vont venir ici pour les produits bio, d’autres pour acheter moins cher qu’en supermarché ou consommer local", précise Nelly. Après deux ans et demi de fonctionnement, le bilan est plus que positif. Les coopérateurs sont de plus en plus nombreux et l’épicerie doit changer de statut. La supérette va se métamorphoser en supermarché. Un nouveau statut qui ne fait pas peur à ces "co-propriétaires", bien au contraire. "On pourra diminuer notre marge, avoir des prix encore plus attractifs et donc attirer d’autres personnes. C’est comme ça qu’on arrive à créer un système économique novateur qui fonctionne", se réjouit Flavien Roux, l’un des coopérateurs de l'Alpar.