Haute-Savoie : les écailles de la Féra du Léman servent à créer des perles

Au large de Saint-Gingolph (Haute-Savoie), aux pieds des Alpes franco-suisses, naissent les perles du lac Léman. David Bened, le pêcheur, récupère une matière première chère à Jean-Loïc Selo, bijoutier et créateur de perles. Il l'attend à quai, un récipient à la main. "Ce qui l'intéresse, c'est ce qu'il appelle la nacre, donc ce qui fait ressortir cette couleur argentée du poisson", confie David Bened, qui précise qu'auparavant, pour lui, il ne s'agissait que de déchets de poissons. Une nacre extraite des écailles de la Féra du Léman Cette nacre ne lui coûte rien, alors il la donne au bijoutier. Elle est extraite des écailles d'un poisson local, la Féra du Léman. En mixant les écailles, on obtient une matière brumeuse, scintillante et complètement naturelle. "Le poisson l'utilise comme un camouflage, il utilise cette brillance pour disparaître sous la surface du lac. Ce sont des millions d'années d'évolution pour arriver à faire cette matière", explique Jean-Loïc Selo. Des petites mains sont chargées d'enduire de nacre de minuscules billes d'émail pour en faire des perles. Pour les acheter, il faudra compter quelques dizaines d'euros, ou même des centaines pour les perles traditionnelles issues de coquillages.