La Haute-Saône repasse en partie au 90 km/h

·1 min de lecture
80 ou 90 km/h, les départements sont les plus qualifiés pour apprécier les situations locales, ici à Salses-le-Chateau en juin 2018.
80 ou 90 km/h, les départements sont les plus qualifiés pour apprécier les situations locales, ici à Salses-le-Chateau en juin 2018.

Toutes les routes ne sont pas égales devant la Sécurité routière, et c?est même là le principal écueil pour faire admettre une réglementation uniforme telle que le 80 km/h sur routes départementales. Appliquée à titre expérimental, rappelons-le, par Édouard Philippe, alors Premier ministre, et toujours en ?uvre alors qu?aucune démonstration étayée de son utilité n?a été faite.

Les usagers eux-mêmes ne comprennent pas qu?une même allure soit imposée sur une route très sinueuse de montagne et à une ligne droite large et bien aménagée en plaine. Au lieu de tabler sur le bon sens et de laisser le soin à chaque conducteur d?apprécier la situation, on a préféré réglementer une fois de plus au risque de s?attirer l?incompréhension des usagers.

Mais puisqu?il s?agit de départementales, les élus locaux ont tout de même voix au chapitre et le dernier exemple offert par la Haute-Saône est tout à fait symptomatique de ce qui se passe en France. Le président du conseil départemental, Yves Krattinger, a en effet annoncé le 10 septembre dernier le rétablissement de la limitation de vitesse à 90 km/h sur 438 kilomètres des 3 300 kilomètres du réseau routier secondaire du département. Cela répond à un engagement pris lors de sa réélection en juin dernier, mais la décision n?est pas si neutre de la part d?un élu dont le département avait participé aux premières évaluations expérimentales du 80 km/h entre 2015 et 2017, avant que celle-ci ne soit étendue à l?ensemble du territo [...] Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles