Haute-Saône : prison ferme pour "un rodéo de boucher" contre des vaches

franceinfo avec AFP
Italie : un fermier ouvre le Musée de la merde

Ils ont expliqué avoir voulu "s'amuser". Deux hommes ont été condamnés à des peines de prison ferme, jeudi 16 mars, à Vesoul (Haute-Saône), pour avoir mené "un rodéo de boucher", en voiture, contre trois vaches en gestation. Elles avaient été retrouvées agonisantes, les pattes brisées et le corps entaillé.

Le tribunal correctionnel a condamné Kevin Boutterin, 20 ans, à une peine de quatre ans de prison et Brendon Billotet, 21 ans, à un an de prison pour, notamment, "sévices graves et actes de cruauté envers un animal". Tous deux ont en outre interdiction de posséder un animal domestique et de travailler pendant cinq ans avec des animaux.

Les vaches ont agonisé pendant dix heures

En août 2015, les deux hommes, accompagnés de deux mineurs, avaient terrorisé ces trois vaches dans un champ de Motey-Besuche (Haute-Saône), en les poursuivant et en les percutant avec une voiture volée.

Ils avaient ensuite frappé ces bovins de 700 kg à coups de hachette, provoquant des plaies allant jusqu'à 25 centimètres de long pour cinq centimètres de profondeur. L'une des vaches avait aussi été aspergée avec un extincteur. Les trois femelles, qui portaient toutes un petit, avaient ensuite été abandonnées. Elles avaient agonisé pendant dix heures avant d'être retrouvées par leur propriétaire et euthanasiées.

"C'est un rodéo de boucher", a résumé Me Patrick Uzan, l'avocat de l'association Humanimo, l'une des parties civiles. Avant de commettre ces actes cruels, le groupe de jeunes, sous l'emprise de l'alcool et de stupéfiants, avait commis une série de vols et échappé à une course-poursuite avec les gendarmes.



Retrouvez cet article sur Francetv info

Fusillade dans un lycée : quels précédents ?
Grasse : le tireur présumé fasciné par les armes
Fusillade à Grasse : la sécurité des établissements scolaires en question
Grasse : ce que l’on sait de la fusillade dans un lycée
Cinq questions sur le courrier piégé qui a fait une blessée au bureau du FMI à Paris

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages