Haute-Marne : un mariage réunissant environ 65 personnes dispersé par la préfecture

H.G.
·2 min de lecture
Un homme a réussi à fausser compagnie aux gendarmes à Valence (illustration). - PASCAL PAVANI / AFP

La fête, organisée sous un chapiteau à Langres, a duré plusieurs heures avant que les forces de l'ordre n'interviennent.

Une fête de mariage, réunissant environ 65 personnes et organisée sous un chapiteau par la communauté des gens du voyage à Langres (Haute-Marne) en dépit du couvre-feu prévu à 18H00 a été dispersée samedi soir par les forces de l'ordre, a-t-on appris auprès du préfet.

Cette fête "était prévue dans un chapiteau, (...) sur un terrain municipal occupé illégalement dans la commune de Langres", alors que "nous sommes en état d'urgence sanitaire avec un couvre-feu qui s'impose tous les jours à 18h", a expliqué le préfet Joseph Zimet.

Une fête qui a duré plusieurs heures

Les autorités, appuyées par le groupement de gendarmerie départementale et un escadron de gendarmerie mobile, ont donc "pris les mesures nécessaires pour éviter ce mariage et faire en sorte que le couvre-feu soit respecté".

Alors que les festivités avaient commencé vers 15h selon la gendarmerie, "nous avons d'abord mis un ultimatum, en demandant une dispersion des participants à 18H00 au plus tard", a détaillé Joseph Zimet.

Après l'arrivée de l'escadron de gendarmerie mobile "un peu après 18H00 (...) nous avons pu pacifiquement et sans heurts saisir des éléments de la bâche et le matériel de sonorisation, avec le concours du procureur de la République" et "mettre fin à ce rassemblement", a-t-il raconté.

"Il y aura des suites judiciaires"

Les participants "ont été invités à rejoindre leur lieu de vie, ou leurs chambres d'hôtel dans la région", sans qu'aucun trouble collatéral ne soit constaté à ce stade, s'est réjoui le préfet, assurant rester "vigilant".

"Il y aura des suites judiciaires" pour les organisateurs et des verbalisations parmi les participants, a-t-il ajouté, renvoyant vers le parquet pour un bilan détaillé. Selon la gendarmerie, des organisateurs présumés sont convoqués la semaine prochaine.

Article original publié sur BFMTV.com

Ce contenu peut également vous intéresser :