Haute-Loire : des vautours tueurs sèment la panique chez les agriculteurs

Par LePoint.fr
« À chaque fois, les vautours s'en sont pris à des animaux qui étaient bien vivants, il n'y a aucun doute là-dessus », jure Laurine Rousset, présidente des Jeunes Agriculteurs 43

VIDÉO. Depuis début juin, d'imposants volatiles s'en prennent à des animaux vivants, relate « Le Parisien ». Les éleveurs en appellent aux autorités.


Un redoutable prédateur toise les verts pâturages de Haute-Loire depuis les cieux. Des agriculteurs ont en effet alerté les autorités de la présence de nombreux vautours fauves dans la région depuis début juin, relate Le Parisien, dimanche 28 juin 2020. Ces imposants charognards ont pour particularité de s'attaquer à des proies vivantes, d'où l'inquiétude des éleveurs.

Les volatiles ont été aperçus pour la première fois à Saugues, un petit village niché à 1 483 mètres d'altitude. Une poignée de vautours a fondu sur une malheureuse vache, avant de revenir en masse dès le lendemain pour dévorer la carcasse. Cent oiseaux ont été dénombrés le surlendemain pour s'occuper des restes.

Lire aussi Sus aux corbeaux dans les champs d'Ille-et-Vilaine

Les vautours s'en sont pris à des animaux qui étaient bien vivants

Des animaux installés dans les communes alentour de Torsiac, Couteuges, Lubilhac, Chanaleilles et Thoras ont subi le même sort. « À chaque fois, les vautours s'en sont pris à des animaux qui étaient bien vivants, il n'y a aucun doute là-dessus », jure dans les colonnes du quotidien francilien Laurine Rousset, présidente des Jeunes Agriculteurs 43.

La jeune femme promet que les agriculteurs « ne se laisseront pas faire » face à ces ennemis à plumes. Mais Laurine Rousset appelle les autorités à rejoindre le combat : « Nous demandons que des œufs soient enlevés des nids et des tirs d'effarouchement effectués » ainsi qu'une indemnité versée pour les dommages causés, assure l'agricultrice qui doit rencontrer la préfecture le 2 juillet. La protection des oiseaux, qui affirme que cette espèce protégée ne s'attaque qu'aux animaux morts, n'a sans doute pas dit son dernier mot.

Lire aussi Les mystérieuses attaques de chiens qui inquiètent Belle Île



Retrouvez cet article sur LePoint.fr

Gaz lacrymogène : un rapport relève de graves dangers pour la santé
« La filiation des services spéciaux avec le BCRA gaulliste n'est pas exclusive »
Recevez la newsletter Le Point.fr