Un homme lègue 2 millions d'euros au village qui l'avait protégé pendant la Deuxième Guerre mondiale

·2 min de lecture
Le collège-lycée Cévenol de Chambon-sur-Lignon, où Erich Schwab fut scolarisé dans les années 1940 (Photo : PHILIPPE DESMAZES/AFP via Getty Images)

Récemment décédé à l’âge de 91 ans, Erich Schwam, un Autrichien de confession juive, a fait un don à la commune du Chambon-sur-Lignon, où il avait trouvé refuge pendant la Deuxième Guerre mondiale et l’occupation nazie, lorsqu’il était enfant.

L’ancienne maire du Chambon-sur-Lignon salue “un très beau geste en direction de ce village qui l’a protégé”. Né en Autriche en 1930 d’un père juif autrichien, Erich Schwam est décédé en décembre dernier à l’âge de 90 ans. Veuf et sans enfant, il avait programmé de léguer une partie importante de ses biens (une maison et un appartement) à cette commune de Haute-Loire.

Il n’y a pourtant vécu que quelques années, aux heures les plus sombres de notre histoire récente. Au cours de la Deuxième Guerre mondiale, alors qu’il n’était encore qu’un enfant, Erich Schwab avait en effet échappé à l’occupation nazie en trouvant refuge au Chambon-sur-Lignon.

Un village honoré du titre de “Juste parmi les nations”

À l’époque, les habitants de la petite commune avaient dans leur ensemble fait preuve d’un courage admirable pour cacher des personnes de confession juive, et ainsi leur sauver la vie. À tel point que le village tout entier a été honoré du titre de “Juste parmi les nations” par l’institut Yad Vashem, principal organisme israélien consacré à la mémoire des victimes de la Shoah.

L’Eveil de la Haute-Loire rapporte qu’Erich Schwam avait contacté dès 2013 la municipalité du Chambon-sur-Lignon pour faire part de sa volonté de faire un legs au village. Après la mort de sa femme en janvier 2020, il avait entamé les démarches auprès de la maire en exercice Eliane Wauquiez-Motte.

“Il a émis le vœu que cet argent soit surtout consacré à la jeunesse”

“Il ne s’est jamais étendu sur son passé, raconte l’ancienne élue, citée par le quotidien local. Je sais simplement qu’il avait été caché comme tant d’autres et qu’il avait fréquenté le collège Cévenol. Je l’avais rencontré une première fois dans sa maison près de Lyon. Une habitation somme toute assez modeste.”

Au total, les biens légués, qui constituent la majeure partie de la fortune du défunt, représentent un montant avoisinant les 2 millions d’euros. Une bénédiction, forcément, pour cette bourgade de 2457 habitants (au recensement de 2018). “Concernant notre commune, il a émis le vœu que cet argent soit surtout consacré à la jeunesse, révèle d’ailleurs Éliane Wauquiez-Motte. C’est une belle histoire, et en ce moment nous en avons tant besoin.”