En Haute-Loire, les professionnels de santé indignés par la distribution de tracts anti-masque

À la fin du mois d’octobre, de nombreux tracts anti-masque ont été distribués auprès des habitants de Brioude (Haute-Loire), notamment sur le marché et dans la salle d’attente du médecin de la commune, François Germain. Un mystérieux collectif citoyen en serait l’auteur. Une démarche qui indigne les professionnels de santé et les élus locaux. "Ça me semble complètement aberrant. Surtout, je ne vois pas quel est l’intérêt de faire circuler ce genre d’informations dans la population dans ce contexte grave pour tout le monde", s’interroge le médecin généraliste de Brioude. Les affichettes informaient ses lecteurs sur les supposés dangers du port du masque, telles que l’insuffisance d’oxygène et l’augmentation de CO2 dans le sang. Un hôpital sous tension Dans l’hôpital de la commune, la tension monte aussi rapidement que le nombre de cas de Covid-19 détectés. Le centre compte une vingtaine de patients contaminés par le virus. Cinq personnes ont été transférées en moins d’une semaine au service de réanimation du CHU de Clermont-Ferrand. Des poursuites judiciaires sont envisagées contre le mystérieux syndicat. Pour Marc Vanderbrouk, le directeur de l’établissement, la démarche est criminelle. "C’est vraiment de la mise en danger de la vie d’autrui à ce niveau-là. Il faut absolument que ces partisans de l’anti-masque soient repérés et stigmatisés et qu’on puisse entamer les poursuites". Avec un taux d’incidence de 1 000 cas pour 100 000 habitants, la Haute-Loire est l’un des départements français les plus touchés par l’épidémie