Haute-Garonne : il appelle la police pour accuser sa femme de maltraitance sur leurs enfants, il finit en garde à vue

Après avoir agressé des policiers, l'individu devra répondre de ses actes devant la justice (Photo : Getty Images/iStockphoto) (Getty Images/iStockphoto)

Mécontent de la tournure prise par la visite des forces de l'ordre, l'individu a fini par s'en prendre physiquement aux policiers lorsque ceux-ci ont découvert qu'il était recherché.

Son initiative s'est retournée contre lui. Un homme âgé de 31 ans a été arrêté et placé en garde à vue pour des violences sur personne dépositaire de l'autorité publique ce dimanche 15 janvier, après avoir frappé des policiers qu'il avait pourtant fait venir lui-même à son domicile.

"Aucune violence" sur les enfants, selon les policiers

D'après La Dépêche, l'individu a au départ contacté les forces de l'ordre pour dénoncer sa compagne, coupable selon lui de maltraitance envers leurs enfants. Une patrouille de police a donc été envoyée sur place, mais cette dernière n'a constaté "aucune violence ni même aucun danger concernant les enfants".

La discussion entre les fonctionnaires et l'homme qui les avait appelés se serait alors sérieusement envenimée, ce dernier reprochant aux forces de l'ordre de ne pas le prendre au sérieux. En cherchant à se renseigner sur les antécédents familiaux du trentenaire, les policiers ont alors découvert que celui-ci faisait l'objet d'un avis de recherche.

Il frappe deux agents et finit en cellule

Précisément, comme l'indique La Dépêche, l'individu était "recherché pour une peine de quatre mois (de prison) qu'il n'a pas exécuté". Ayant pris connaissance de ce détail d'importance, les agents présents ont décidé d'interpeller le jeune homme, mais celui-ci a tenté de leur résister, avant d'être embarqué au commissariat.

Essayant toujours de se soustraire aux forces de l'ordre, le suspect aurait ensuite frappé deux d'entre eux, "l'un au visage, l'autre au niveau des genoux" selon le quotidien régional. Finalement maîtrisé et placé en détention provisoire, le trentenaire va devoir répondre de ses actes violents devant la justice et devrait de toute façon être amené à purger la peine qu'il avait tenté d'éviter.

VIDÉO - Mort de Tom, victime du syndrome du bébé secoué : "Il a été maltraité à trois reprises"