Haute-Garonne : la chaleur et la sécheresse ont mis à mal la production de blé

Nous sommes en passe de vivre le mois de juillet le plus sec depuis 1958 , redoute Météo France. Moins de production, alors que les coûts explosent, les agriculteurs qui espéraient pouvoir renflouer les caisses peuvent oublier. La saison est fichue. Luc Mesbah vient de moissonner ses 100 hectares de blé, près de Longages. Avec 40 quintaux par hectare, le rendement est mauvais. La sécheresse et la vague de chaleur précoce du mois dernier lui ont fait perdre 30 à40 % de sa production.

Le prix de l'engrais explose

"On a moins de quantité à l'hectare et des grains très petits, très chétifs. On a des poids spécifiques qui devraient atteindre 800 kilos au mètre cube. Et aujourd'hui, dans le grain, il y a moins d'amidon et moins de valeur nutritionnelle. Ça s'est joué fin mai, début juin, il n'y avait plus d'eau dans la plante et automatiquement, c'était le moment où le grain se formait, il s'est raffermi et il pèse nettement moins", explique l'agriculteur.

>> Retrouvez tous les journaux de la rédaction d'Europe 1 en replay et en podcast ici

Il risque d'y avoir un manque de trésorerie. Et compte tenu des charges en carburant et en engrais qui explosent, certains vont se demander si ça vaut la peine de continuer à cultiver du blé. "Est-ce qu'on va ressemer ou non ? Parce qu'on est à plus de 900 euros d'engrais. Est-ce que ça vaut le coup de produire ? Parce que si on reprend une autre année avec le prix des engrais, il y aura de grosses pertes financières. C'est comme si vo...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles