Haute couture : l'artiste Judy Chicago imagine pour le défilé Dior le ventre d'une déesse auquel les spectateurs accèdent par le sexe

franceinfo Culture avec agences

Pour ce défilé Dior qui se déroulait dans un ventre de déesse, oeuvre de l'artiste Judy Chicago, les invités accédaient par son sexe.

En tongs et tuniques transformées en robes du soir, les déesses Dior ont évolué au coeur d'une installation créée par l'artiste féministe américaine Judy Chicago dans la cour du musée Rodin à Paris. "Nous y entrons de la façon dont nous sommes sortis" pour venir au monde, a-t-elle résumé. "Et si les femmes dirigeaient le monde?", lit-on sur une bannière tendue en fond du défilé. "Les hommes et les femmes seraient-ils égaux ? "La planète serait-elle protégée ?", interrogent d'autres banderoles brodées par des filles, élèves d'une école de broderie en Inde où cet art est traditionnellement réservé aux hommes.

Cette collaboration avec des femmes artistes est la dernière en date de l'Italienne Maria Grazia Chiuri, directrice artistique des collections féminines de Dior et féministe engagée qui s'interroge, avec ce défilé printemps-été 2020, sur l'équilibre entre la création et la procréation et souhaite donner un coup de pouce aux femmes qui n'osent pas avancer dans leur vie professionnelle.


L'allure est puissante

"Le pouvoir des femmes n'est pas seulement dans la reproduction mais aussi dans la (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi