Haut-Karabakh: la Turquie va envoyer des militaires pour surveiller le cessez-le-feu

·2 min de lecture

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a demandé lundi l'autorisation du Parlement pour envoyer des militaires en Azerbaïdjan, afin de participer à une mission russo-turque de surveillance du cessez-le-feu dans la région du Haut-Karabakh. La motion devrait être adoptée sans difficulté ce mardi au Parlement turc.

Avec notre correspondante à Istanbul, Anne Andlauer

Cette motion signée de la main de Recep Tayyip Erdogan prévoit le déploiement de soldats turcs en Azerbaïdjan pour « prendre part aux activités du centre de coordination qui sera établi avec la Russie », « assurer le respect du cessez-le-feu », ou encore « établir la paix et la stabilité dans la région pour protéger les intérêts de la Turquie ».

Cette autorisation sera valable pour une durée d'un an, mais l’étendue du déploiement, notamment le nombre de soldats qui seront mobilisés, sera fixée ultérieurement par le chef de l’État.

Les termes de la motion sont donc assez vagues, comme l’est pour l’instant la mission de ces militaires turcs. Un « centre de maintien de la paix » est bien prévu dans l’accord signé par l’Arménie et l’Azerbaïdjan sous médiation russe, mais la Turquie est absente du texte.

Ankara et Moscou ont ensuite signé un accord confirmant la création du centre, toutefois ses modalités de fonctionnement font actuellement l’objet de discussions entre les deux pays. Les autorités russes ont déjà fait savoir que les soldats turcs n’auraient aucune mission de terrain et que le centre garantirait une surveillance « technique » du cessez-le-feu.

La Turquie, qui considère que la victoire de l’Azerbaïdjan est aussi la sienne tant son assistance militaire et opérationnelle a été déterminante, compte bien jouer un rôle de premier plan dans ce processus.

► À lire aussi : La Turquie gagnante avec l'accord de «cessez-le-feu» au Haut-Karabakh