Haut-Karabakh : pourquoi l'accord signé avec l'Azerbaïdjan est une défaite pour l'Arménie

·1 min de lecture

Le texte doit mettre fin à six semaines de combats meurtriers : l'Azerbaïdjan et l'Arménie ont signé sous l'égide de la Russie un accord de fin des hostilités dans le conflit du Haut-Karabakh qui consacre les victoires militaires azerbaïdjanaises. Cet évènement est donc vécu comme une capitulation pour les séparatistes arméniens. 

Combattants épuisés

Moscou a attendu le tout dernier moment pour arrêter net les combats, alors que les Arméniens étaient battus, incapables de rétablir la situation, puisque que les troupes azéries venaient d’enlever la position clé de Chouchi, cette ville-forteresse bâtie au Moyen-Age sur le col de la montagne qui domine Stepanakert.

Plus rien ne pouvait donc les empêcher de capturer la capitale du Haut-Karabakh qui était à leurs pieds. La défaite arménienne aurait alors été totale. Les derniers défenseurs de la province séparatiste étaient épuisés, blessés pour la plupart, sans ravitaillement ni munitions, puisque le corridor de Latchine, cordon ombilical vital les reliant à l’Arménie, avait été coupé la semaine dernière par l’avancée inexorable des Azéris qui avaient très minutieusement préparé cette guerre.

La supériorité aérienne de l'Azerbaïdjan

Grâce aux milliards de dollars générés par ses gigantesques gisements de pétrole, et avec le soutien inconditionnel de la Turquie, Bakou a construit une armée redoutable, équipée d’un matériel militaire de toute dernière génération, particulièrement des drones et des avions qui lui ont offert la supério...


Lire la suite sur Europe1