Haut-Karabakh: la population continue de quitter la région pour se mettre à l’abri en Arménie

·2 min de lecture

L'Azerbaïdjan a accusé l'Arménie d'avoir tué 21 personnes et blessé des dizaines d'autres dans des tirs de missiles ayant visé Barda, région proche du Haut-Karabakh. L’hôpital de Stepanakert et la ville de Shushi ont été bombardés ce mercredi. Face à l’intensification des combats, les habitants continuent de quitter la région pour se mettre à l’abri en territoire arménien. Reportage à une vingtaine de kilomètres au sud de Latchin (à Tegh) dans le premier village arménien après le Haut-Karabakh.

Avec nos envoyés spéciaux, Anastasia Becchio et Richard Riffonneau

Une dizaine de voitures stationne en bordure de la chaussée à un poste de contrôle militaire. Suren, 58 ans, arrive de la région de Martouni, dans le Haut-Karabakh. Son village est désormais à portée de tir de l’armée azerbaidjanaise.

Suren a décidé de mettre sa femme à l’abri en Arménie. « C’est très tendu, vraiment très tendu. Ils nous envoient des roquettes Smertch. Ils ont des drones, des bombes à fragmentation, ils ont tout et nous n’avons rien. Ils ont détruit des systèmes de défense antimissile et maintenant, ils essayent de nous éliminer. Ils veulent nous encercler, mais nous allons nous battre jusqu’au bout. »

À lire aussi : Haut-Karabakh: les habitants de Latchin fuient vers la ville de Goris

Comme tous les hommes du Haut-Karabakh âgés de moins de 60 ans, Suren n’a pas le droit de quitter la région. Il n’en n’avait, de toute façon, pas l’intention. Tout comme Kamo, 54 ans, qui vient du même village. Lui vient déposer son épouse et sa mère qui partent chez des proches en Arménie

« Ils utilisent des armes très sophistiquées contre les civils. C’est un vrai génocide de la population du Haut-Karabakh. Notre village a jusqu’à présent été épargné, mais les localités voisines sont à moitié détruites. On est inquiets parce que l’ennemi se rapproche du village voisin du notre. »

Kamo et Suren repartent vers le Haut-Karabakh. Cette nuit, armés de fusils automatiques, ils vont monter la garde près de leur village.

À lire aussi : Haut-Karabakh: «Nous assistons aux dernières étapes de cette guerre»