Haut-Karabakh: nouvel assaut azerbaïdjanais sur la principale route vers la province

·2 min de lecture

Au Haut-Karabakh, le conflit est entré dans une nouvelle phase ces derniers jours. Les forces azerbaidjanaises s’efforcent de prendre le contrôle du principal axe routier permettant à l’Arménie d’approvisionner la province de facto indépendante. La bataille se concentre autour de Chouchi, la deuxième ville du Haut-Karabakh qui s’avère très importante tant d’un point de vue stratégique que symbolique.

Désormais, on ne peut plus emprunter la route qui va du corridor de Latchine, à la frontière de l’Arménie, à Stepanakert, la capitale du Haut-Karabakh, rapporte notre correspondant à Erevan, Régis Genté. Des commandos de forces spéciales azerbaïdjanaises ont lancé depuis 3 jours des opérations autour de la ville de Chouchi, désertée de la quasi-totalité de ses 5 000 habitants.

►À lire aussi : Haut-Karabakh: l’ONU évoque des crimes de guerre et l’usage d’armes à sous-munitions

L’Armée de Défense du Karabakh prétend les avoir repoussés, mais certaines unités resteraient actives dans les environs de cette ville forteresse, construite en haut d’un mur de pierre, notamment dans le village de Karintak.

Pour la première fois depuis le début du conflit, les forces arméniennes ont pu utiliser leurs tanks et autres blindés, tandis que les Azerbaïdjanais eux n’ont eu que très peu recours à leurs drones, si décisifs jusqu’à présent. Cela est en partie dû à la nature montagneuse du terrain où les affrontements ont lieu à présent.

Rendre impossible le passage vers Stepanakert

Leur objectif est de rendre impossible le passage vers Stepanakert et le reste du Haut-Karabakh, et ainsi de couper la province du ravitaillement en armes, munitions et hommes. Si les Azerbaïdjanais prenaient Chouchi, ce pourrait être la fin de la guerre. Le Haut-Karabakh serait isolé et du haut de la ville, les forces azerbaïdjanaises pourraient bombarder Stepanakert, située à moins de 10 km en contrebas.

Le côté arménien jette toutes ses forces dans cette bataille, bien que les attaques en plusieurs endroits de la ligne de front l’obligent à ne pas s’y découvrir et que Stepanakert est bombardée lourdement depuis quelques jours.

Le conflit en est à son 41e jour et a causé la mort de plusieurs milliers de soldats de part et d’autres.