Haut-Karabakh: Moscou appelle à cesser "l'effusion de sang, les hostilités"

L'Azerbaïdjan a lancé mardi une offensive militaire au Haut-Karabakh, demandant la reddition de son adversaire arménien dans cette région disputée depuis des décennies avec l'Arménie

La Russie a appelé mercredi à "cesser immédiatement l'effusion de sang, à mettre un terme aux hostilités et à arrêter les pertes civiles" dans la région contestée du Nagorny Karabakh, où l'Azerbaïdjan a lancé mardi une offensive militaire et demandé la reddition de l'Arménie.

"En relation avec la forte escalade de la confrontation armée au Nagorny Karabakh, nous exhortons les parties prenantes du conflit à cesser immédiatement l'effusion de sang, à mettre un terme aux hostilités et à arrêter les pertes civiles", a écrit dans un communiqué le ministère des Affaires étrangères russe.

Au moins 27 morts

Bakou a entamé mardi une opération militaire dans cette région sécessionniste d'Azerbaïdjan en majorité peuplée d'Arméniens et disputée avec Erevan depuis des décennies, en appelant "les forces armées arméniennes illégales" à capituler, posant cette condition comme un prérequis pour le début de négociations.

Les combats ont fait au moins 27 morts dont deux civils et plus de 200 blessés dans cette région où environ 7000 habitants et 16 localités ont été évacués, selon les séparatistes. De son côté, l'Azerbaïdjan a signalé que deux civils avaient péri dans les zones sous son contrôle. Bakou a revendiqué mardi soir la conquête de 60 positions arméniennes.

Erevan a dénoncé une "agression de grande ampleur" à des fins de "nettoyage ethnique", assurant ne pas avoir de troupes au Nagorny Karabakh et laissant entendre que les séparatistes étaient seuls face aux soldats azerbaïdjanais.

Moscou a appelé à un retour des accords négociés sous son égide ayant abouti en 2020 à un cessez-le-feu, mais pas à un accord de paix.

Article original publié sur BFMTV.com

VIDÉO - Haut-Karabakh : Paris demande une réunion "d'urgence" du Conseil de sécurité de l'ONU