Haut-Karabakh: bataille décisive pour le contrôle du corridor de Latchine

·2 min de lecture

Dans le conflit du Haut-Karabakh, les forces azerbaïdjanaises continuent leur progression dans la conquête de cette province qu’elles avaient perdue au moment de la chute de l’URSS. Après un mois de combat jour pour jour, une bataille décisive semble s’amorcer pour le contrôle du corridor de Latchine qui, en cas de victoire pour les forces azerbaïdjanaises, leur permettrait d’isoler complètement le Haut-Karabakh lui-même de l’Arménie.

Avec notre correspondant à Erevan, Régis Genté

C’est une bataille décisive qui s’engage. Depuis une semaine, les forces azerbaïdjanaises ont conquis le flan sud du Haut-Karabakh, toute la vallée qui longe la rivière Araxe et sert de frontière avec l’Iran.

L’artillerie combinée avec des dizaines de drones d’attaque ont permis à Bakou d’enchaîner les victoires. Attaquer les parties montagneuses qui forment l’essentiel du territoire du Haut-Karabakh est une autre paire de manches. D’où le choix de l’armée azerbaïdjanaise de remonter depuis les districts du sud vers le corridor de Latchine, désormais seule artère qui permet à l’Arménie d’encore alimenter le Haut-Karabakh en hommes et en armes.

À lire aussi : Haut-Karabakh: «Nous assistons aux dernières étapes de cette guerre»

L’autre route qui relie l’Arménie au Karabakh, celle qui passe par le district de Kelbadjar, a été rendue impraticable par l’artillerie et l’aviation azerbaïdjanaises.
Le conflit semble donc évoluer vers une possible fin. Celle où l’Azerbaïdjan isolerait le Karabakh de l’Arménie et mettrait la province sécessionniste en état de siège.

Mais rien n’est encore écrit encore. Le côté arménien est déterminé à ne pas se laisser prendre le corridor de Latchine et, à sa suite, la ville de Chouchi, désignée par le président azerbaïdjanais Ilham Aliev comme une priorité absolue pour ses troupes.

À écouter et à lire aussi : Ilham Aliev, président de la République d'Azerbaïdjan