Une hausse de TVA augmenterait les inégalités et la pauvreté, selon l'Insee

1 / 2

La TVA bientôt collectée par les banques pour lutter contre la fraude?

Selon Les Échos, le gouvernement réfléchirait à demander aux banques de collecter la TVA à la place des entreprises. Mais un tel dispositif risque de se heurter à quelques obstacles.

Ajustés à de nombreuses reprises au cours des dernières décennies, les taux de TVA n’ont plus été modifiés depuis 2014 en France (19,6% pour le taux normal et 10% pour le taux intermédiaire).

Inscrite au programme des candidats François Fillon et Alain Juppé lors de la dernière présidentielle, la hausse de cette taxe qui représente aujourd'hui plus de la moitié des recettes fiscales de l’État s'avère à double tranchant, selon l'Insee. Car si elle peut servir d'outil de réduction du déficit public, elle risque d’"augmenter légèrement les inégalités de niveau de vie et la pauvreté" à moyen terme.

Hausse des prix et des revenus

Pour appuyer son propos, l’institut de la statistique simule dans une étude parue ce lundi une situation dans laquelle un gouvernement décide une hausse du taux normal de TVA de 3%. Dans un premier temps, les recettes fiscales augmentent de 11,7 milliards d’euros et l’inflation prend mécaniquement 1,1 point la même année.

L’année suivante, des mécanismes de rattrapage interviennent. Grâce à la revalorisation annuelle du SMIC et aux négociations salariales, "les revenus s’ajustent et les barèmes des transferts socio-fiscaux sont indexés" sur la hausse des prix de manière partielle, note l’institut.

De sorte que les revenus avant redistribution augmentent de 6,7 milliards d’euros l’année qui suit la hausse de la TVA, tandis que les...

Lire la suite sur BFMTV.com

A lire aussi