Hausse des prix: Macron défend le choix de l'indemnité inflation de 100 euros, "plus juste et ciblée"

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·2 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Emmanuel Macron à Bruxelles le 22 octobre 2021. - BFMTV
Emmanuel Macron à Bruxelles le 22 octobre 2021. - BFMTV

Le président fait le service après-vente du Premier ministre. Emmanuel Macron a justifié ce vendredi le choix du gouvernement d'instaurer une indemnité inflation de 100 euros afin de faire face à la hausse des prix des carburants, du gaz, de l'électricité et des produits alimentaires.

"Je considère que c'est plus juste et mieux ciblé" que la baisse dex taxes, a estimé le chef de l'État depuis Bruxelles, "manipuler la TVA n'est pas possible en droit européen et sur les taxes sur les carburants nous sommes à peu près dans la moyenne, mais ça coûte beaucoup plus cher".

"Les chèques c'est exactement ce qu'il faut faire", c'est "un choix d'urgence, pour répondre à un choc soudain". "Et on n'avait pas fait assez vite il y a trois ans, je le reconnais très aisément", a-t-il dit, en allusion à la crise des gilets jaunes fin 2018. Mais à plus long terme, "on va aller vers une augmentation des prix de l'énergie et il faut intensifier l'aide à la transition", a-t-il dit, en citant les aides à la rénovation des bâtiments ou pour la conversion des véhicules.

"La crise va sans doute durer"

"Si on veut accompagner sur le pouvoir d'achat les gens qui sont soumis à des augmentations sur les différents segments, mieux vaut avoir un instrument plus ciblé qu'un instrument général", a enfin estimé Emmanuel Macron, jugeant que "la crise va sans doute durer".

"Les mesures adoptées par le gouvernement vont permettre de protéger nos concitoyens sur le moyen terme", a poursuivi le président de la République.

Le Premier ministre a annoncé jeudi soir une indemnité inflation de 100 euros versée aux Français qui gagnent moins de 2000 euros net par mois. Une aide qui sera versée à quelque 38 millions de Français en réponse à la flambée des prix de l'essence, de l'énergie et de l'alimentation.

Cette aide n'est "pas liée à quelque cycle politique que ce soit", assuré Emmanuel Macron alors qu'une partie de l'opposition lui reproche des "cadeaux" à six mois de la présidentielle.

Plusieurs opposants politiques ont fustigé pour leur part une réponse à court terme du gouvernement face à cette hausse des prix. Marine Le Pen a notamment estimé que l'indemnité annoncée jeudi soir par Jean Castex "ne répond pas à la détresse des Français pour payer leurs factures". De son côté Fabien Roussel a reconnu "une mesure qui soulagera un peu les Français" mais estime cependant que "le compte n'y est pas".

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles