Hausse du nombre de cyclistes tués : "C'était la grosse crainte" au moment du déconfinement, admet Pierre Sernes

franceinfo
·1 min de lecture

"C'était la grosse crainte qu'on avait, avec l'envolée de la pratique du vélo au moment du déconfinement", a réagi mardi 20 octobre sur franceinfo Pierre Sernes, président du club des villes et territoires cyclables, alors que le nombre de cyclistes morts sur les routes est en forte augmentation en septembre 2020 (37 tués, soit 15 de plus par rapport à septembre 2019). "On savait qu'on allait avoir beaucoup de nouveaux cyclistes, pas forcément très aguerris", explique-t-il.

franceinfo : Ces chiffres vous alertent-ils ?

Pierre Sernes : Oui bien sûr. C'était la grosse crainte qu'on avait, avec l'envolée de la pratique du vélo au moment du déconfinement. On est à 30% d'augmentation de la pratique du vélo. On savait qu'on allait avoir beaucoup de nouveaux cyclistes, pas forcément très aguerris. Donc c'est vraiment une préoccupation énorme et on essaie de trouver des solutions rapides pour essayer d'enrayer ça. On va étudier en détail comment ont eu lieu ces accidents mais en général on sait ce qui se passe. En ville, c'est très souvent les angles morts des camions ou des bus qui sont fatals. Ca fait des années qu'on supplie le gouvernement de prendre une mesure, qui est d'obliger les camions à avoir des caméras d'angle. A Londres, à Bruxelles, ça a fait drastiquement baisser le nombre de cyclistes tués.

C'est aussi (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi