APL et gel des loyers: pour l'opposition, "les comptes sont pas bons"

Bruno Le Maire à Matignon, le 21 juin 2022 (REUTERS/Benoit Tessier) (Photo: BENOIT TESSIER via REUTERS)
Bruno Le Maire à Matignon, le 21 juin 2022 (REUTERS/Benoit Tessier) (Photo: BENOIT TESSIER via REUTERS)

Bruno Le Maire à Matignon, le 21 juin 2022  (REUTERS/Benoit Tessier) (Photo: BENOIT TESSIER via REUTERS)

POUVOIR D’ACHAT - 3,5%, c’est le chiffre retenu par l’exécutif pour renforcer le pouvoir d’achat des Français, en tout cas en ce qui concerne les loyers. Le ministre de l’économie Bruno Le Maire l’a confirmé ce lundi 27 juin au matin, l’aide personnalisée au logement (APL) sera revalorisée de 3,5% et l’augmentation des loyers sera plafonnée elle à 3,5% et ce jusqu’à juin 2023.

“Face à l’augmentation des prix, nous protégeons les Français”, a défendu Bruno Le Maire en présentant les deux mesures phares du texte de loi axé sur le pouvoir d’achat. L’Insee avait mis en garde la semaine dernière contre la plus forte inflation que la France ait connue depuis 1985, laquelle pourrait atteindre 5,5% au total sur l’année.

Mais la mesure, sociale sur le papier, n’a pourtant pas convaincu l’opposition de gauche, Insoumis en tête. Pour Manuel Bompart, “les comptes sont pas bons”, a-t-il fustigé sur Twitter.

L’Eurodéputé LFI reprend notamment à son compte un calcul de Manuel Domergue, directeur des études de la Fondation Abbé Pierre, qui signale que la hausse des APL n’est pas alignée sur l’inflation, et qu’elle demeure donc insuffisante.

La présidente du groupe LFI à l’Assemblée, Mathilde Panot fustige, elle, une annonce déséquilibrée par rapport à la mesure prise en 2017, lorsque le gouvernement avait baissé les APL, ainsi que les réformes du mode de calcul des aides. L’élue évoque elle aussi des calculs de la fondation Abbé Pierre qui faisaient état en février dernier d’une baisse de 15 milliards d’euros de toutes les aides pour le logement, sur l’ensemble du quinquennat, et donc pas seulement sur les APL.

Autre point de crispation dans l’opposition, la disparité entre le montant d’un loyer et celui de l’APL. La revalorisation annoncée des aides demeure insuffisante par rapport à la hausse possible de 3,5% des loyers, tance notamment le député William Martinet.

Défense du projet

Si pour l’opposition de gauche, les mesures ne sont pas assez suffisantes, chez les Républicaion ont fait valoir “l’exigence budgétaire” face à la dette. “La situation de la dette française aujourd’hui est très grave (...) Le gouvernement ne peut pas dire: ‘Allez hop, 30 milliards de dette supplémentaire!’ Ce serait irresponsable”, a temporisé le LR Olivier Marleix, sur Europe 1.

Du côté du gouvernement, la ministre Amélie de Montchalin joue elle l’apaisement et estime que ces deux mesures relèvent du compromis: “Un gel des loyers indifférencié aurait pénalisé un propriétaire modeste qui vit de la location de son bien pour compléter sa retraite et dans le même temps favoriserait un locataire aisé. Ce ne serait pas juste”, a-t-elle défendu, avant d’annoncer qu’elle recevrait prochainement les associations de locataires.

À voir en vidéo sur Le HuffPost: Les allers-retours de Fabien Roussel sur le gouvernement d’union nationale crispent à gauche

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.

À lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles