Avec le hashtag #MeTooInceste, des victimes témoignent en nombre sur Twitter

franceinfo
·1 min de lecture

Aux deux mots du mouvement #MeToo, un troisième est venu s'ajouter : "inceste". Trois ans après l'affaire Harvey Weinstein, qui avait provoqué une déferlante de témoignages de victimes de violences sexuelles et sexistes sur les réseaux sociaux, le hasgtag #MeTooInceste a vu le jour sur Twitter dans le sillage d'une autre affaire : les révélations de Camille Kouchner dans son livre La Familia grande (éd. Seuil), où elle raconte comment son beau-père, le politologue Olivier Duhamel, a agressé sexuellement son frère jumeau lorsqu'il était adolescent, à la fin des années 1980.

Près de 6 000 tweets avaient été postés avec le mot-clé #Metooinceste, samedi 16 janvier. Parmi ces messages, de nombreux témoignages de victimes de violences sexuelles intrafamiliales. "Moi aussi, toute mon enfance volée par un homme, mon père. Moi aussi, j'attends les suites de ma plainte posée il y a 1 an et demi. Moi aussi, je refuse de me taire aujourd'hui. Continuons à témoigner malgré la douleur, il faut que ça se sache", peut-on lire. Ou encore : "Tu venais me voir la nuit et tu me disais 'c'est comme ça qu'un papa aime sa fille'."

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi