Harvey Weinstein échappe à une de ses inculpations

Le HuffPost, avec AFP
1 / 2

Harvey Weinstein échappe à une de ses inculpations

Harvey Weinstein, lors de la lecture de ses chefs d'inculpation en mai 2018.

Le juge new-yorkais vient d'annuler ce jeudi 11 octobre l'un des chefs d'inculpation visant le tristement célèbre Harvey Weinstein. Cette annulation concerne Lucia Evans, une actrice qui avait accusé le producteur de " fellation forcée". Le témoignage de la plaignante avait déjà été mis à mal et l'avancement de l'audience au 11 octobre au lieu du 8 novembre ne présageait rien de bon pour l'accusation. Une victoire pour la défense, qui réclame toujours l'annulation du dossier tout entier.

Le 6 octobre dernier, le New York Post et le site spécialisé dans l'information sur les célébritésTMZ, citant des sources policières, révélaient que le principal enquêteur de l'affaire au sein de la police new-yorkaise ferait désormais lui-même l'objet d'investigations pour n'avoir pas signalé au procureur un témoignage qui contredirait celui de Lucia Evans. Cette femme de 36 ans qui accusait Harvey Weinstein de fellation forcée quand elle était aspirante actrice en 2004.

Le témoin -un responsable de casting, selon TMZ- aurait affirmé que Lucia Evans lui avait dit avoir fait une fellation au producteur hollywoodien pour obtenir un rôle, alors qu'elle a affirmé aux enquêteurs qu'il l'avait forcée. La police new-yorkaise n'avait alors pas confirmé ces informations.

L'avocat de l'ancien magnat d'Hollywood, Benjamin Brafman, a indiqué jeudi qu'un document versé au dossier contredisait la version de Evans. "C'est un développement très important", a-t-il commenté après l'audience, laissant entendre que le ministère public devrait poursuivre la femme pour parjure. "Il ne s'agit pas de stigmatiser les victimes", a prévenu l'avocat, ou de "suggérer qu'une femme qui témoigne ne devrait pas être crue". "Il s'agit de la preuve qu'une personne qui a témoigné a menti devant un grand jury", a-t-il ajouté, en référence au jury qui a statué sur la validité des chefs d'accusation.

Retrouvez cet article sur le Huffington Post

Cette vidéo peut aussi vous intéresser :