Harry Potter et le Prisonnier d'Azkaban (TF1) : Pourquoi l'interprète de Dumbledore a-t-il changé dans cet opus ?

·1 min de lecture

Un film sombre

Loin du merveilleux des deux premiers volets, Harry Potter et le Prisonnier d’Azkaban nous plonge dès le début dans une atmosphère tendue : alors qu’il entame sa troisième année à Poudlard, l’école de sorcellerie, Harry (Daniel Radcliffe) apprend que Sirius Black (Gary Oldman), dangereux criminel impliqué dans la mort de ses parents, s’est échappé de la prison d’Azkaban pour le tuer. Une histoire plus sombre, portée à l’écran par un nouveau réalisateur. Après l’Américain Chris Columbus, expert des comédies familiales (Maman, j’ai raté l’avion !, Madame Doubtfire), le Mexicain Alfonso Cuarón (Et… ta mère aussi !) a beaucoup travaillé l’esthétique du film pour en accentuer la noirceur : images sombres, jeux d’ombres, plus de scènes en extérieur, notamment dans une forêt qui abrite des araignées géantes. Et une architecture de Poudlard modifiée, lui donnant une allure de vieux château poussiéreux, bordé de terres arides et de rochers inhospitaliers. Quant au montage, bien plus nerveux, il tient en haleine le spectateur jusqu’au bout.

À lire également

Harry Potter et les reliques de la mort, partie 1 (TF1) - Pourquoi ce tournage a été le plus dur de toute la saga

Des héros plus mûrs

Harr... Lire la suite sur Télé 7 Jours

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles