Harry Potter : Katie Leung (Cho Chang) aurait été incitée à nier les attaques racistes à son encontre

·1 min de lecture

Katie Leung a désormais 33 ans et celle qui interpréta la douce Cho Chang dans la saga Harry Potter n'est désormais plus disposée à se faire imposer le silence. Certes de l'eau a coulé sous les ponts. Dix années se sont en effet écoulées depuis le clap final de la saga qui a enchanté des millions de fans, et Katie Leung estime que le moment est venu pour elle d'évoquer le monde dés(enchanté) d'Harry Potter, tel qu'elle l'a vécu à l'époque.

La comédienne a ainsi fait quelques bouleversantes révélations lors de la diffusion du podcast Chinese Chippy Girl ce lundi 8 mars. Selon elle, tout a commencé quand la nouvelle de son arrivée sur le projet a été dévoilée. "C'était dans les journaux et quelqu'un a pris une photo de moi sans me le dire", s'est-elle souvenue. Alors adolescente et encore lycéenne à l'époque, la pression de la publication de cette photo est difficile à gérer. " Je me suis mise à pleurer ", indique l'actrice originaire de Hong-Kong qui ajoute que l'enfer s'est alors ouvert sous ses pieds. A partir de la publication de cette photo, l'adolescente reçoit une avalanche de commentaires négatifs voire haineux.

"C'était les débuts d'Internet. La naissance des communautés de fans. Et quand tu as 16 ans, tu te soucies de ce que les spectateurs vont penser. Je cherchais les articles sur moi sur Google et je me suis retrouvée sur ce site dédié au fandom de Harry Potter. Je me souviens avoir lu tous les commentaires. Et oui, beaucoup d'entre eux étaient racistes, a-t-elle (...)

Lire la suite sur le site de Voici

César 2021 : qui va remettre les prix de la 46ème cérémonie ?
PHOTO Jessica Thivenin attaquée sur son physique, elle adresse un message salé aux haters
PHOTOS Angélique (Koh-Lanta) en maillot de bain très décolleté, elle enflamme les internautes
Loana de nouveau au plus mal ? Cet évènement qui l'aurait fait replonger
Elizabeth II aurait eu une conversation avec le membre de la famille royale accusé de racisme