Harry et Meghan récompensés pour leur action contre le "racisme structurel au sein de la monarchie"

Harry et Meghan en 2019 à Londres. - Peter Nicholls - AFP
Harry et Meghan en 2019 à Londres. - Peter Nicholls - AFP

Harry et Meghan salués pour leur action contre le racisme. Le duc et la duchesse de Sussex étaient à New York mardi soir afin d'assister à un gala de l'organisation Robert F. Kennedy Human Rights (RFKHR), qui promeut les droits de l'Homme. Ils ont reçu le Ripple of Hope Award ("onde d'espoir"), un prix qui vient récompenser leur investissement contre la discrimination raciale et leurs prises de parole sur la santé mentale. Deux engagements indissociables de leurs différends avec la famille royale.

Comme le rapporte la BBC, le couple princier a annoncé dans un communiqué la création d'un partenariat entre l'organisation RFKHR et leur fondation Archewell pour créer un nouveau prix, le Archewell Foundation Award pour l'équité de genre dans les études de cinéma.

"Notre espoir est que ce prix inspire une nouvelle génération de dirigeants dans le domaine de l'art, où de nouveaux talents divers bénéficient d'une audience pour faire entendre leurs voix et raconter leurs histoires."

"Les valeurs de la fondation RFK et de la fondation Archewell sont alignées dans nos valeurs communes de supériorité du courage face à la peur, de l'amour face à la haine", poursuivent-ils. "Ensemble, nous savons qu'une onde d'espoir peut devenir une vague de changement."

Dénonciation de racisme

Meghan et Harry, en froid avec la famille royale depuis qu'ils ont quitté leurs rôles à Buckingham pour s'installer en Californie, ont souvent dénoncé le racisme dont Meghan a été victime de la part des tabloïds britanniques... et au sein même de la monarchie. Lors de leur interview accordée à Oprah Winfrey en mars 2021, la duchesse de Sussex avait notamment évoqué les réserves d'un membre de la famille royale au sujet de la couleur de peau de son enfant à naître, lorsqu'elle était enceinte d'Archie.

L'organisation RFKHR est présidée par Kerry Kennedy, l'une des onze enfants de Robert Kennedy, frère cadet du président John Kennedy, également assassiné cinq ans après son frère en 1968. En novembre dernier, elle avait expliqué dans le média espagnol El Confidencial pourquoi ils avaient été choisis pour recevoir cette distinction. Elle avait loué le "courage" dont ils ont fait preuve en se confrontant à "la plus ancienne institution de l'histoire du Royaume-Uni", la monarchie britannique:

"Ils leur ont dit ce qu'ils faisaient de mal, qu'il ne pouvait pas y avoir de racisme structurel au sein de l'institution, qu'ils ne pouvaient pas maintenir un manque de compréhension de la santé mentale", avait-elle déclaré.

Et d'ajouter: "Ils savaient que s'ils agissaient ainsi, cela aurait des conséquences, qu'ils seraient ostracisés, qu'ils perdraient leur famille, la position qu'ils occupaient au sein de cette structure et que les gens les blâmeraient pour cela. [...] Je pense qu'ils ont été héroïques en faisant cela".

Face à Oprah Winfrey, Meghan Markle avait également évoqué ses idées suicidaires face à l'acharnement des médias britanniques. Ainsi, le prix décerné par l'organisation Robert F Kennedy Human Rights vient également récompenser les prises de paroles de Meghan et Harry en faveur d'une meilleure compréhension de la santé mentale. "Que Meghan s'aventure à la télévision nationale pour normaliser les conversations sur la santé mentale (...) c'est incroyablement important, et très courageux", a estimé Kerry Kennedy dans les colonnes du magazine américain Extra, toujours d'après la BBC.

Buckingham dans la tourmente

Ce prix intervient alors que la famille royale, de l'autre côté de l'Atlantique, fait face à de nouvelles accusations de racisme. Une ancienne dame d'honneur de 83 ans, Susan Hussey, proche d'Elizabeth II pendant plus de 60 ans et marraine du prince William, a démissionné la semaine dernière après des questions ("D'où venez-vous en Afrique?", "D'où venez-vous vraiment? D'où est-ce que les gens comme vous viennent?") qu'elle a posées à une féministe noire, Ngozy Fulani, lors d'une réception à Buckingham mardi soir.

À cela s'ajoute la série documentaire Netflix sur Meghan et Harry, dont la première partie sera dévoilée ce jeudi, et qui inquiète la monarchie tant elle promet son lot de révélations peu reluisantes pour la famille royale.

Au cours du gala, des prix ont également été décernés au président ukrainien Volodomyr Zelensky ou Bill Russell, ancien joueur de la NBA et militant pour les droits civiques. La soirée était animée par l'acteur Alec Baldwin, auteur du tir accidentel qui a coûté la vie à la directrice de photographie Halyna Hutchins sur le tournage du film Rust en octobre 2021. Il assure depuis le début ne pas avoir appuyé sur la gâchette. Il a trouvé un accord avec la famille de la victime en octobre dernier.

Article original publié sur BFMTV.com