Le retour de Federer, la défaite de Tsonga : les temps forts de la 2e journée de Roland-Garros

·9 min de lecture

La tenante du titre Iga Swiatek a réussi son entrée en lice, lundi, à Roland-Garros, tout comme la légende Roger Federer ou la Française Caroline Garcia. Tour d'horizon des événements de la deuxième journée du tournoi.

Roland-Garros passe la deuxième. Après l'élimination surprise de Dominic Thiem dimanche, la hiérarchie a été respectée lundi 31 mai : Daniil Medvedev s'est imposé, tout comme la légende Roger Federer, après un an d'absence en raison d'une blessure au genou.

Récapitulatif non exhaustif des principaux événements de la journée.

• Serena Williams en nocturne et en deux temps

Sur le court central, Serena Williams avait à charge d'inaugurer les toutes nouvelles sessions nocturnes de Roland-Garros. Pressée d'en finir avant la nuit, l'Américaine a d'abord mis le paquet et mené 5 jeux à 2 face à la Roumaine Irina-Camelia Begu. Puis cette dernière s'est rebellée, repoussant la perte du set jusqu'au jeu décisif, finalement remporté par la native du Michigan.

Puis Serena Williams a passé à la vitesse supérieure, croquant la Roumaine en 36 minutes en lui prenant deux fois son service (6-2). La conquête du 24e titre en Grand Chelem et du record de Margaret Court a peut-être commencé ce lundi.

• Jo-Wilfried Tsonga a tout tenté

Jo-Wilfried Tsonga aurait sans doute préféré un meilleur adieu pour ce qui est probablement sa dernière apparition dans le tournoi parisien. À 36 ans, le Manceau est proche de raccrocher la raquette et restera donc à Roland-Garros sur une défaite dans le silence du huis clos.

Pourtant, le public français a donné de la voix pour le soutenir sur le court Suzanne-Lenglen. Malgré un bon début de set, Jo-Wilfried Tsonga commet trop de fautes directes face à un Nishioka qui attend son moment pour faire le break et s'adjuger le premier set (6-4). Le deuxième set est également vite expédié en faveur du Japonais (6-2).

L'évacuation du tournoi en raison du couvre-feu intervient en plein troisième set. Une poignée de spectateurs font semblant de refuser de quitter le stade pour continuer à encourager leur champion : "Allez Jo, fais-le pour nous, on t'aime", crient-ils, arrachant un immense sourire au joueur français… et au Japonais, à qui l'échange a été traduit.

Le Manceau semble ragaillardi par ce moment de grâce. Il réagit en prenant le service de son adversaire et arrache 6-3 le troisième set. On se prend à rêver d'une remontée fantastique du Français, à qui les spectateurs ont donné "rendez-vous mercredi ou jeudi pour le deuxième tour". Cependant, Jo-Wilfried Tsonga doit s'incliner à l'issue d'un jeu décisif dans le quatrième set. Il parlera d'un "crève-cœur" de perdre dans ces conditions.

• Retour gagnant pour Federer

C'était le moment fort de la journée : Roger Federer a retrouvé la porte d'Auteuil après une année d'absence. De retour après une opération au genou, l'ancien numéro 1 mondial a bien démarré sa quinzaine.

Face à un Istomin limité, coupable de nombreuses fautes, le Suisse fait rapidement le break à deux reprises pour s'imposer dans le premier set en 33 petites minutes. Soutenu par un public qui s'enflamme pour le moindre amorti ou la moindre volée, il ne fait pas non plus de quartier au moment de la deuxième manche (6-4) face au 204e mondial. Roger Federer se montre très appliqué et prompt à monter au filet, pour le plus grand plaisir des spectateurs. La légende du tennis prend à nouveau deux fois le service de son adversaire dans le troisième set (6-3) avant de s'imposer.

"Ça fait plaisir de vous revoir tous", a salué Roger Federer dans un français impeccable avant de quitter le terrain sous les ovations de la foule.

• Sortie de piste pour Arthur Rinderknech

Le parcours d'Arthur Rinderknech s'arrête prématurément. Annoncé comme une potentielle surprise française, il a été battu en trois sets (7-6, 6-1, 6-2) par le Croate Marin Cilic.

Après une première manche qui a failli tomber dans l'escarcelle du Français, les jeux ont défilé en faveur du Croate. Agressif, l'ancien vainqueur de l'US Open ne laisse aucune chance à son adversaire de sortir la tête de l'eau. Il défiera Roger Federer au deuxième tour.

• Benoît Paire héroïque face à Casper Ruud

Le Français, mal dans sa peau depuis le début de la pandémie et le huis clos, a affiché un beau visage en retrouvant le public français sur le court Simonne-Mathieu. "On t'aime, Benoît !", "Allez Benoît !", "C'est dans la tête !", "Tu es monstrueux !", "C'est qui le patron ?", "Ben t'es une légende !" Le joueur n'a pas manqué d'encouragements pour livrer une prestation plus que convaincante mais irrégulière.

En difficulté en début de match, Benoît Paire se réveille ensuite et décroche le premier set face à Casper Ruud. Le Français prend le dernier service du Norvégien pour s'adjuger ensuite la manche 7-5.

Chassez le naturel... il revient au galop. Benoît Paire se laisse finalement sortir de son match. Il conteste une balle de break malgré une décision inflexible de l'arbitre. Dans la foulée, il laisse filer le deuxième et le troisième sets.

Malgré une belle quatrième manche et une balle de deux sets partout, le Français s'incline dans le jeu décisif et quitte déjà le tournoi. Une défaite qui a touché l'Avignonnais, au bord des larmes.

"J'étais venu pour retrouver le tennis que j'aime, l'ambiance que j'aime de Roland. Cette ambiance dès les premiers points, cela m'a fait chaud au cœur. Cela m'a motivé. Il y avait beaucoup d'émotion en rentrant sur le terrain", a raconté Benoît Paire en conférence de presse. "C'est quelque chose qui va me marquer car, certes, ce n'était pas le résultat que j'attendais, mais en termes de bien mental, c'est ce que je recherchais. Je suis hyper rassuré, fier d'avoir joué ce tournoi. Cette dose d'amour me fait déjà du bien."

• Caroline Garcia sans forcer

La numéro 2 française s'est promenée pour son premier tour. Caroline Garcia a tranquillement disposé de l'Allemande Laura Siegemund (6-3, 6-1). Elle affrontera au deuxième tour la Slovène Polona Hercog.

• Daniil Medvedev gagne pour la première fois porte d'Auteuil

Le numéro 2 mondial a décroché sa première victoire à Roland-Garros en cinq participations en battant au premier tour le Kazakh Alexander Bublik (37e) en trois manches, 6-3, 6-3, 7-5.

Face à un joueur atypique, Medvedev a réussi un match très solide. "C'est un très bon match mais je m'étais très bien entraîné", a commenté le Russe en français avant de quitter le court Philippe-Chatrier. "Je n'avais jamais gagné encore à Roland-Garros, mais je voulais vraiment le faire aujourd'hui. Alors, même quand j'ai été mené, au troisième set, j'ai su réagir."

"Cette année, je trouvais que j'étais vraiment nul sur terre battue. Mais dès le premier jour ici, j'ai senti que je pouvais très bien jouer. Je me sens presque comme sur dur", a-t-il expliqué.

• Herbert à une balle de match de l'exploit face à Sinner

Jannick Sinner, 19e mondial, a été sérieusement bousculé par Pierre-Hugues Herbert (85e), face auquel il a dû sauver une balle de match pour décrocher son billet pour le deuxième tour.

L'Italien, qui avait atteint les quarts de finale l'an dernier porte d'Auteuil, a eu besoin de 5 sets, 6-1, 4-6, 6-7 (4/7), 7-5, 6-4, et de plus de 3 h 30 pour se défaire du Français, particulièrement accrocheur et largement soutenu par le public du court Suzanne-Lenglen.

Après un premier set impérial, la pépite italienne de 19 ans a semblé marqué le pas, faisant même brièvement appel au médecin à l'entame de la troisième manche. Un coup de mou qui a permis à Herbert de revenir, puis mener 2 sets à 1.

Dans la quatrième manche, Sinner a même frisé la correctionnelle, devant sauver pas moins de 5 balles de break dans le 8e jeu, avant de devoir effacer une balle de match à 5-4. Mais, solide, l'Italien a finalement repris l'avantage pour s'emparer du set 7-5 avant de faire le break d'entrée dans la 5e manche.

"Quand j'ai vu son nom sur le tirage au sort, je savais que ça allait être un match difficile. Surtout ici, où il avait le soutien des spectateurs. Malgré cela, c'est vraiment bien de jouer à nouveau devant du public, donc merci à tous d'être venus", a salué Sinner juste après le match. "Le tennis est vraiment un sport de fou, où tout peut changer à chaque point. Aujourd'hui je suis content que cela ait tourné en ma faveur. Je me sens un peu comme un survivant."

• La tenante du titre Iga Swiatek accrochée

Pour le jour de son anniversaire, Iga Swiatek espérait sans doute expédier son premier tour face à sa meilleure amie, Kaja Juvan. Si elle a été impitoyable durant les 23 minutes qu'ont durées le premier set (6-0), elle a été davantage accrochée dans le second. Elle a multiplié les fautes directes avant de s'imposer sur sa quatrième balle de match (6-4).

"Je ne sais pas quoi dire", a lâché Swiatek après que le public a entonné "Joyeux anniversaire" une fois son match terminé.

"Je n'ai jamais été dans la position de tenante du titre, même dans des tournois plus petits, je ne savais pas à quoi m'attendre, a-t-elle expliqué. J'ai essayé de garder ma routine, comme le reste de la saison."

• Alizé Cornet s'incline dans le duel franco-français face à Harmony Tan

La jeune Harmony Tan, 23 ans, est devenue, lundi, la première Française qualifiée pour le second tour du Grand Chelem. Opposée à la chevronnée Alizé Cornet, elle a montré une belle résistance et a profité des 31 fautes directes de la Niçoise pour s'imposer. C'est la première victoire en tournoi du Grand Chelem de la jeune joueuse, qui participe à Roland-Garros grâce à une invitation.

Pour Cornet, c'est un nouveau Roland-Garros qui se termine prématurément. Depuis son 8e de finale en 2017, son meilleur résultat comme en 2015, elle n'y a plus franchi le 2e tour.

Au 2e tour, Harmony Tan affrontera la Tchèque Vondrousova, tête de série n°20.