Haribo part en guerre contre des "ours bourrés" espagnols

AFP
Haribo demande à la jeune entreprise espagnole d'arrêter toutes productions et toutes ventes.

INSOLITE - Ander Méndez voyait un bel avenir à l’affaire qu’il a montée avec deux amis: vendre des ours en gélatine imbibés d’alcool. Jusqu’à ce que cette start-up espagnole s’attire les foudres du géant allemand Haribo.

Le conflit a éclaté à cause de la ressemblance présumée entre les oursons gélifiés fabriqués par cette entreprise basque, dans le nord l’Espagne, et les friandises dont le confiseur mondialement connu a fait son logo.  

“Comme d’habitude pour ce genre d’affaires, Haribo a lancé une procédure judiciaire pour protéger les marques déposées”, a indiqué une porte-parole de la société à l’AFP. “Le ciel m’est tombé sur la tête”, raconte à l’AFP Ander Méndez, PDG de Ositos con alcohol (Oursons avec alcool), quand cet ingénieur de 24 ans a reçu chez lui il y a deux semaines une mise en demeure des avocats d’Haribo.   

 “Nous ne faisons aucun mal à leur marque” 

Ce document, consulté par l’AFP, soutient qu’il y a “une grande similitude” entre les deux confiseries et que les “oursons bourrés” violent les droits de propriété intellectuelle de Haribo. Le groupe allemand fondé il y 100 ans à Bonn propose toutefois une solution ”à l’amiable” aux trois jeunes entrepreneurs basques, mais exige des mesures drastiques. 

La même lettre leur demande entre autres d’arrêter de produire et de vendre “tout produit sous le symbole en litige”, d’abandonner leur marque déposée en Espagne et d’accepter de “transférer la gestion et la propriété du domaine ositosconalcohol.com” à Haribo.

“Nous ne faisons aucun mal à leur marque et (les ours) ne se ressemblent pas”, plus grands que les quelques millimètres de ceux d’Haribo, s’est indigné Ander Méndez, qui accuse la société allemande de vouloir “s’approprier” leur création.

Lui et ses associés étudient actuellement la réponse avec un avocat, bien qu’ils n’aient “pas beaucoup de moyens pour mener un procès” avec une grande entreprise qui dit se réserver le droit d’intenter “toutes les actions en justice” nécessaires si les trois jeunes...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post