Il harcèle sa victime pendant un an à cause d'un embouteillage judiciaire

·2 min de lecture
Une femme est harcelée depuis un an à cause de la lenteur de la justice

Depuis un an, Béatrice est harcelée par un ouvrier de 33 ans qui a effectué des travaux à son domicile. Ce dernier a pourtant été condamné à de nombreuses reprises à ce sujet. Mais la lenteur de la justice lui permet de continuer à faire vivre un enfer à sa victime.

Cela fait un an que Béatrice ne dort plus sur ses deux oreilles, comme le raconte Le Parisien. En cause, l’obsession maladive de Madgid, un ouvrier de 33 ans qui veut absolument l’épouser, malgré ses refus. Depuis que l’homme a réalisé des travaux chez cette habitante de Saint-Maur, dans le Val-de-Marne, il n’en démord pas : elle est la femme de sa vie. Trombes de SMS, appels en pleine nuit, débarquements nocturnes avec fleurs et tenue soignée, toutes les méthodes sont bonnes pour essayer de séduire cette femme de 59 ans.

Seul problème, Béatrice n’est pas intéressée et elle a fini par saisir la justice, qui est allée dans son sens. Après une première garde à vue, cet ouvrier en situation irrégulière a été condamné à quatorze mois de prison avec sursis avec interdiction d’approcher la victime. Il est à nouveau placé en garde à vue quelques jours plus tard pour récidive. Malgré cela, Madgid est toujours libre de harceler sa victime, qui n’en peut plus. Une situation inacceptable qui n’est due à aucune erreur ni même à la nature des condamnations mais bien à la lenteur de la justice.

Embouteillages judiciaires

Si ce harcèlement perdure, c’est simplement parce que le tribunal n’a pas encore pu la traiter. D’après les informations du Parisien, le dossier se trouve en effet sur la pile des décisions judiciaires en attente d’une signature d’un juge croulant sous le travail. Pendant ce temps, le harceleur se permet de violer son contrôle judiciaire et son sursis probatoire, comme le dénonce Me Caroline Roulin, l’avocate de Béatrice.

En attendant, cette dernière se barricade chez elle en espérant ne pas voir son prétendant débarquer chez elle ou chez son voisin en plein milieu de la nuit. Elle s’inquiète d’autant plus qu’elle sait que Madgid est malade et qu’il pourrait donc avoir une réaction dangereuse pour elle ou pour lui à force d'essuyer des refus. Un exemple dramatique qui nous rappelle que derrière le manque de moyens de la justice, il y a toujours des drames humains.

Ce contenu peut également vous intéresser :