Incarcéré et interdit de téléphone, il continue à harceler son ex-compagne

·2 min de lecture
Une jeune fille harcelée par son ex malgré une condamnation en justice

Alors qu'il purgeait une peine de deux ans de prison ferme pour harcèlement et violences conjugales, un Caennais âgé de 24 ans a tout mis en œuvre pour continuer de tourmenter son ex.

Son acharnement lui a valu une nouvelle condamnation. Emprisonné depuis plusieurs mois à Caen (Calvados) pour des faits de violences conjugales, un jeune homme âgé de 24 ans est parvenu, sans quitter sa cellule, à continuer à harceler son ex-compagne, aggravant ainsi son cas.

La Manche Libre rapporte que le prévenu avait été condamné en janvier dernier à deux ans de prison ferme par le tribunal judiciaire de Caen. Il avait fait appel de cette décision, mais cela ne l'avait pas empêché de se retrouver derrière les barreaux.

Un inconnu sonne chez elle pour lui passer son ex au téléphone

Alors qu'il s'était vu signifier par le tribunal une "stricte interdiction de contact" avec la victime, l'accusé n'a apparemment pas le moins du monde respecté cette contrainte. À l'inverse, alors qu'il était initialement privé de téléphone portable dans sa cellule, il s'est démené pour trouver des moyens d'entrer en contact avec son ex.

Le quotidien local évoque ainsi une multitude de coups de téléphone et de SMS au ton menaçant et/ou insultant à destination de son ancienne compagne, mais aussi de la sœur et de la mère de cette dernière. La Manche Libre rapporte également une anecdote édifiante : au mois d'avril, la jeune femme, qui vit chez sa mère, est allée ouvrir à une personne qui venait de sonner chez elle, elle est alors tombée sur un inconnu qui lui a tendu un téléphone en lui disant que son ex compagnon souhaitait lui parler...

L'accusé nie les faits

La jeune femme a donc déposé une nouvelle plainte, qui a conduit à une perquisition dans la cellule de l'accusé. Au cours de celle-ci, selon La Manche Libre, l'individu aurait jeté un téléphone "par la fenêtre". L'appareil a ensuite été retrouvé et les cartes SIM prélevées. Contenant près de "700 appels ou SMS", elles ont été placées parmi les pièces à conviction.

Jugé le 25 mai dernier, le jeune homme a nié les nouveaux faits qui lui étaient reprochés. "N'importe qui peut les effectuer en se faisant passer pour moi en prison", a-t-il ainsi affirmé au cours du procès. Son argumentation n'a toutefois pas convaincu le tribunal, qui l'a condamné à 18 mois de prison, avec maintien en détention. Lorsqu'il aura purgé sa peine, l'individu devra en outre porter "un bracelet anti-rapprochement de son ex-compagne à moins de 10 km".

Ce contenu peut également vous intéresser :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles