Harcelé par des jeunes, un couple homoparental quitte son domicile

Un couple homoparental harcelé quitte son domicile - Getty Images/iStockphoto (Getty Images/iStockphoto)

Paul* et son compagnon, un couple homoparental habitant à Redessan, dans le Gard, ont été l’objet d’une série d’agressions homophobes. Ils ont dû quitter le village avec leurs deux enfants bien que quatre suspects aient été interpellés.

Agression inacceptable dans le village de Redessan, dans le département du Gard. C’est là que Paul* et son compagnon, un couple homoparental ayant deux petits garçons de 3 ans et demi, ont subi un harcèlement à caractère homophobe qui les a poussé à quitter la commune, rapporte le journal Midi-Libre. Quatre jeunes dont un mineur ont été interpellés par la gendarmerie suite à ces faits récurrents.

Tout commence il y a environ deux semaines avec l’explosion de feux d’artifices dans la rue où vit la petite famille. L’un des explosifs pénètre la cour de la maison et réveille les deux enfants en bas âge, qui se mettent à pleurer. Pour éviter que ça se reproduise, Paul et son compagnon sortent pour discuter avec les jeunes qui jouent avec les pétards mais sans succès. Le groupe rit et les insultes homophobes fusent. Le couple prévient alors la gendarmerie sans que cela ne calme les fauteurs de troubles. Au contraire.

Un véritable harcèlement

Dans les jours qui suivent, le petit groupe recommence. "Cela a ensuite entraîné un acharnement sans nom, confie le père de famille. Ils ont pris des cailloux, les ont jetés sur la maison. Ils ont frappé la porte à coups de poing. Cela a duré pendant trois heures. Nos enfants étaient en pleurs. J'avais la boule au ventre. Nous sommes montés à l'étage. On était encerclés. J'ai dit à la gendarme que j'avais au téléphone : surtout ne nous laissez pas tomber”, raconte Paul à nos confrères de Midi-Libre. Faute de mieux, l’homme filme ses agresseurs pour prouver ses dires.

Sans autre recours, le couple prend alors la décision d’éloigner ses enfants en les confiant à un couple d’amis. Les deux hommes partent quant à eux quelques jours plus tard. Ils vivent aujourd’hui chez des amis et sont terrifiés à l’idée de revenir dans leur village, dont Paul est pourtant originaire. "C'est mon village. J'y ai fait du théâtre pendant 10 ans. J'y ai travaillé. Tout le monde me connaît. Et nous avons toujours eu des relations très cordiales avec tout le monde. Là, ce qui s'est passé ne concerne qu'un tout petit groupe de jeunes. On sentait qu'on n’arrivait pas à créer de liens avec eux”, raconte-t-il encore. Le petit groupe en question, parmi lequel figure un mineur, a été interpellé puis relâché. Ses membres seront jugés prochainement pour injures homophobes et dégradations de biens.

* Le prénom a été modifié

Ce contenu peut également vous intéresser

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles