Harcèlement, violence : "Pas un jeune n'échappe à des inquiétudes autour de ce qui se joue sur les réseaux sociaux", alerte le psychiatre Serge Hefez

franceinfo
·1 min de lecture

Les adolescents "baignent" dans la violence, "ils en parlent tous", a assuré sur franceinfo Serge Hefez, psychiatre et psychanalyste, responsable de l’unité de thérapie familiale dans le service de psychiatrie de l’enfant et de l’adolescent à l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière à Paris. Il est revenu sur la mort d'Alisha, 14 ans, poussée dans la Seine par deux camarades sur fond de harcèlement, le 8 mars. "Je crois qu'il y a pas un adolescent qui n'échappe pas à un moment ou un autre à des inquiétudes, voire à une angoisse très forte autour de ce qui se joue sur les réseaux sociaux", relate Serge Hefez.

Pour le psychiatre, les adolescents sont confrontés de plus en plus jeunes à la violence mais l'épidémie accentue le phénomène : "On est dans une vague psychiatrique qui est liée à l'épidémie, explique Serge Hefez. Il y a beaucoup d'angoisse et de stress, de dépressions pour les jeunes et leurs parents". Il évoque aussi "une augmentation extrêmement forte de la violence conjugale et familiale, une augmentation des consommations d'alcool, de tranquillisants, etc. Donc, tout cela est un climat dans lequel baignent les jeunes et ceux qui ont déjà une petite aptitude aux théories du complot ou à la violence, et bien cette violence explose parfois", poursuit le psychanalyste.

Liens entre violence et pandémie

"Au-delà des questions de harcèlement, il y a des explosions de violence de plus en plus fortes qui ont lieu partout. Sans vouloir excuser ces jeunes, cela me paraît (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi