Harcèlement sexuel : les Marocaines réclament une réforme

Elles veulent que la loi change. Plusieurs centaines de personnes ont formé une chaîne humaine samedi à Rabat, au Maroc, pour dénoncer les violences faites aux femmes dans un pays où près de six millions d'entre elles en sont victimes. "La loi marocaine doit être adaptée aux conventions internationales que le Maroc a ratifiées, et particulièrement celles qui concernent les droits de la femme", ont déclaré plusieurs militantes du "Printemps de la dignité" qui rassemble vingt-deux associations de défense des droits des femmes. Dans leur ligne de mire : la question du harcèlement sexuel sanctionnée par la loi marocaine, mais dont les conditions qui l'entourent rendent difficile son application. Une étude marocaine réalisée par le Haut Commissariat au Plan montre par ailleurs que 35% des harcèlements se produisent dans l'espace public, y compris l'administration publique, l'école, l'université et la rue. Or, pour la présidente de l'association "L'Espace pour l'avenir", Meriem Nakiz, la loi est pour l'heure insuffisante. Elle sanctionne le harcèlement dans une position d'abus d'autorité, mais pas dans la rue et les espaces publics.Le cas Amina Al FalaliLes mobilisations féministes se multiplient dans le pays. En mars dernier, plusieurs milliers de Marocaines étaient descendues dans la rue pour réclamer la réforme d'une loi discriminatoire envers les femmes suite au suicide d'Amina Al Falali. La jeune fille de 16 ans n'avait pas supporté la double peine qu'elle subissait : violée à 15 ans, elle avait dû épouser son agresseur. Un article du code pénal punit le violeur d'emprisonnement si la victime est mineure, sauf en cas de mariage. En cas de mariage, consenti par les parents de la fille violée, l'agresseur n'est alors plus poursuivi par la justice.

Retrouvez cet article sur elle.fr

Tout commentaire contraire à la réglementation en vigueur (et notamment tout commentaire à caractère raciste, antisémite ou diffamatoire) pourra donner lieu à la suppression de votre compte Yahoo
Le cas échéant, certains commentaires que vous postez pourront également donner lieu à des poursuites judiciaires à votre encontre.