Harcèlement sexuel: Biden appelle le gouverneur de l'Etat de New York à démissionner

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·2 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Joe Biden à la Maison Blanche le 17 mai 2021 - Nicholas Kamm © 2019 AFP
Joe Biden à la Maison Blanche le 17 mai 2021 - Nicholas Kamm © 2019 AFP

Joe Biden appelle Andrew Cuomo, le gouverneur de l'Etat de New York à démissionner, après que les conclusions d'une enquête indépendante l'accusant d'avoir harcelé sexuellement une dizaine de femmes, ce qu'il a nié.

"Je pense qu'il devrait démissionner", a affirmé le président américain, depuis la Maison Blanche. Un peu plus tôt, Andrew Cuomo avait assuré n'avoir "jamais touché quelqu'un de manière inappropriée", semblant écarter sa démission.

La présidente démocrate de la Chambre des représentants, Nancy Pelosi, a aussi demandé au gouverneur de quitter son poste, après la publication de ce rapport explosif de 165 pages, qui vient renforcer les accusations.

Agé de 63 ans, gouverneur depuis 2011 de l'Etat de New York, où il a déjà été réélu en 2014 et 2018, et pressenti pour se représenter en 2022, Andrew Cuomo se retrouve de plus en plus fragilisé. Une chute radicale pour ce politique expérimenté, qui s'était révélé comme une véritable vedette au plus fort de la pandémie de coronavirus au printemps 2020.

Une longue liste d'actes répréhensibles

Selon l'enquête diffusée mardi, Andrew Cuomo "a harcelé sexuellement plusieurs femmes et, ce faisant, violé la loi fédérale et celle de l'Etat" de New York, a affirmé la procureure de l'Etat, Letitia James, lors d'une conférence de presse, annonçant du même coup la fin des investigations de son côté.

Parmi onze victimes figurent d'anciennes et actuelles fonctionnaires de l'Etat, dont une femme qui avait été affectée au service de protection du gouverneur, à la demande même d'Andrew Cuomo, après qu'il l'eut rencontrée en novembre 2017, décrit le rapport.

"Baisers et étreintes non désirées", "commentaires inappropriés", gestes déplacés, le rapport attribue une longue liste d'actes répréhensibles au gouverneur, accusé à plusieurs reprises d'avoir posé ses mains de manière indécente sur ses employées.

Andrew Cuomo a de nouveau rejeté les accusations. "Je n'ai jamais touché quelqu'un de manière inappropriée ou fait des avances sexuelles inappropriées", a-t-il réagi, dans une déclaration filmée depuis son bureau.

À l'heure actuelle, une enquête qui peut aboutir à la destitution du gouverneur a d'ores et déjà été ouverte devant le Parlement de l'Etat de New York et le chef de file des démocrates à la chambre basse, Carl Heastie, a promis mardi d'accélérer la procédure.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles