Le harcèlement scolaire via les réseaux sociaux "s'accentue, c'est de pire en pire"

franceinfo
La psychologue Catherine Verdier a expliqué, jeudi sur franceinfo, que le "sexting", la diffusion de photos dénudées sur les réseaux sociaux, commence "à partir de la 6e".

À l'occasion de la quatrième journée de lutte contre le harcèlement scolaire, jeudi 8 novembre, la psychologue et vice-présidente de l'association "Marion La main tendue", Catherine Verdier, rappelle sur franceinfo les dangers de ce phénomène, notamment dans sa dimension numérique, sur les smartphones des jeunes et les réseaux sociaux.

franceinfo : Est-ce que les réseaux sociaux accentuent le phénomène de harcèlement ?

Catherine Verdier : Le phénomène s'accentue tant au niveau quantitatif qu'au niveau qualitatif. Le cyberharcèlement démultiplie les effets dévastateurs du harcèlement. C'est de pire en pire avec le cyberharcèlement. Ça va vraiment très loin. Ça commence très jeune. Il y a peu de gens qui savent que le harcèlement scolaire, c'est 12 à 14% au primaire, et 10% au collège ou au secondaire.

Est-ce que le fait de filmer les scènes accentue aussi ce phénomène ?

Ces vidéos sont dénigrantes ou mettent en situation embarrassante la personne filmée. Tout ce qui est "sexting", les photos dénudées, en petite tenue. Ça commence à partir de la 6e, la 5e, à partir du moment où ils ont des smartphones. D'ailleurs, la campagne anti-harcèlement cette année est basée sur le "sexting", le thème étant : "Partager une (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi