Harcèlement scolaire : une spécialiste vous explique comment aider votre enfant s'il en est victime

Fabien Magnenou
Les situations de harcèlement scolaire isolent les enfants qui en sont victimes. Une spirale parfois difficile à briser. Catherine Verdier, psychothérapeute et vice-présidente de l'association Marion La Main tendue, livre quelques conseils à l'attention des parents.  

Lutter, sensibiliser, prévenir. La journée nationale de lutte contre le harcèlement à l'école a lieu jeudi 8 novembre. A cette occasion, l'Unicef a publié les résultats de sa quatrième consultation nationale des 6-18 ans. On apprend qu'un enfant sur deux, dès 7 ans, et qu'un adolescent sur quatre, à 18 ans, sont victimes d'attaques et de moqueries. Pour tenter de répondre à ces situations, franceinfo a contacté Catherine Verdier, vice-présidente de l'association Marion La Main tendue.

Franceinfo : Comment un enfant doit-il répondre à des brimades ?

Catherine Verdier : L'enfant peut d'abord essayer de résoudre directement le problème avec les camarades en cas de chicanerie ou de petite dispute. Si le problème perdure le lendemain ou le surlendemain, il doit en parler à un adulte. Encore faut-il que celui-ci soit apte ou comprenne ce qu'il se passe. Grands-parents, parents, enseignants... On n'est jamais tout seul, il y a toujours un adulte quelque part. J'ai vu des enfants se confier à des frères et sœurs qui peuvent parler à leur tour aux parents. Cette parole permet à l'enfant d'être écouté et de le déculpabiliser. Toutes les victimes de violences éprouvent en effet de la honte et de la culpabilité.

Existe-t-il des moyens d'aider les enfants à exprimer leur ressenti ?

Il m'arrive de demander aux enfants de dessiner ce qui se passe dans la cour de récré. Cela (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi