Harcèlement scolaire: 40 députés de la majorité signent une tribune pour "éradiquer ce fléau"

Une quarantaine de députés Renaissance appellent à la lutte contre le harcèlement scolaire ce dimanche dans le JDD (illustration : vue générale de l'Assemblée nationale le 24 novembre 2022 à Paris). - Geoffroy Van der Hasselt © 2019 AFP
Une quarantaine de députés Renaissance appellent à la lutte contre le harcèlement scolaire ce dimanche dans le JDD (illustration : vue générale de l'Assemblée nationale le 24 novembre 2022 à Paris). - Geoffroy Van der Hasselt © 2019 AFP

Ils veulent "éradiquer ce fléau de nos écoles". Dans une tribune publiée ce dimanche par le JDD, une quarantaine de députés Renaissance, dont Éric Woerth, David Valence, Pierre Cazeneuve et Caroline Yadan, se mobilisent contre le harcèlement scolaire, pour qui cette lutte est "l'affaire de tous".

Un texte qui débute par le tragique suicide de Lucas, 13 ans, il y a de cela quinze jours.

"Il avait subi un harcèlement scolaire à caractère homophobe. Un tel drame en 2023 traduit un terrible échec collectif, une injustice inacceptable", dénoncent les signataires.

Ces députés rappellent que le harcèlement à l'école se prolonge à la maison, par le biais des réseaux sociaux, "car ils permettent de harceler jour et nuit, sans trêve".

"Ce qui se finissait jadis aux grilles de l’école peut désormais se prolonger jusque dans l’intimité familiale. Le harcèlement scolaire est l’affaire de tous. La société toute entière porte la responsabilité de ce drame", estiment les élus.

"Mieux lutter contre le cyberharcèlement sur les réseaux sociaux doit être plus que jamais d’actualité", affirment-ils.

Mais il reste encore, selon eux, "beaucoup à faire" au sujet du harcèlement scolaire.

"L’autorité judiciaire doit faire de la lutte contre le harcèlement scolaire une priorité de sa politique pénale afin de se saisir de la nouvelle infraction définie", plaident les signataires.

Ils veulent également "aller plus loin dans la prévention et la formation auprès des acteurs de l’Éducation nationale et des familles".

Les 40 députés macronistes souhaitent aussi "s’assurer que les établissements scolaires se donnent les moyens de prévenir et de traiter les cas de harcèlement, conformément à leurs obligations".

Ils terminent leur tribune ainsi: "L’objectif d’éradiquer ce fléau de nos écoles sera une priorité de nos mandats, et appelons à la mobilisation de tous à cette fin".

Article original publié sur BFMTV.com